19 Avril 2018

Mali: NTIC - Ces Smartphones qui dépravent

Les réseaux sociaux, voire l'Internet en général, est un phénomène social qui fait des ravages comme une épidémie dans la société malienne. Au lieu qu'ils soient profitables pour la jeunesse, ils contribuent à sa déperdition. Face à ce phénomène mondial, la jeunesse malienne est en danger...

Selon le sociologue Oumar H, les réseaux sociaux au Mali, aussi bien qu'ailleurs, créent une situation peu favorable à nos mœurs. A l'en croire, « en zone urbaine ou rurale, les jeunes sont tous devenus accros aux réseaux sociaux qui sont maitres pour certains et témoins pour d'autres de leurs activités », a dit le sociologue.

C'est grâce à l'avènement des téléphones Smartphones que les réseaux sociaux sont aussi populaires. Ces téléphones sont le meilleur ami de tous les jeunes.

« Les enfants sont devenus tous des photographes et cameramen. Ils prennent tout en photo et filment tout ce qu'ils voient. Même à la mosquée, ils se filment et font des photos avec leur téléphone. Même au cimetière, les jeunes ne s'abstiennent. Récemment on a même retiré à un jeune son téléphone entrain de filmer la mise en terre d'un défunt », explique El-hadj Aba Bah à Korofina,

Les jeunes sont actuellement accros à une nouvelle application incorporée aux réseaux sociaux tels que (Facebook, Whatsapp, Snaptchat, etc.) qui permet, sur une courte durée de se prendre en photo et ou de faire une vidéo. Appelée « Snap », cette application est accessible à tous et se fait à tout moment avec connexion ou pas.

Avec la réduction du coût des forfaits, la connexion est devenue simple et rapide avec la 3 G, ou la 4 G.

Pour une étudiante, c'est ce qui facilite l'accès à l'Internet et à tous les réseaux sociaux à moindre coût. Cette dernière se connecte au moins 5 fois par jour et dépense une somme considérable à cet effet. « Snaper me met à l'aise et je suis en contact permanent avec mes copines dans les commentaires », dit-elle.

Ce n'est malheureusement plus aux parents d'éduquer, mais plutôt aux réseaux sociaux (viber, whatsapp, facebook, youtube, Messenger et autres). En plus d'être un passe temps, ils sont devenus au fil du temps un tout pour tous, car tout le monde est victime. Il y en a qui s'adonne au péril de leur étude.

Il n'y a encore pas si longtemps, l'Internet était bénéfique à son utilisateur, mais comme toute évolution a son corollaire, la forme actuelle de l'utilisation de l'Internet rejoint la fameuse citation de Rabelais qui dit : « Science sans conscience n'est que ruine de l'âme ». Ce grand visionnaire prévoyait-il cet excès ou voulait-il nous prévenir d'un progrès inconscient de la science ? En tout cas, les faits sont réels et les risques énormes pour une jeunesse avide de Smartphones.

Mali

Présidentielle malienne - L'Adema divisée en au moins trois camps

Des caciques de l'Alliance pour la démocratie au Mali (Adéma, membre de la majorité… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Echos. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.