22 Avril 2018

Angola: Construction d'un nouveau satellite

Luanda — Le ministre angolais des Télécommunications et Technologies de l'information, José Carvalho da Rocha, a officiellement annoncé la construction d'un nouveau satellite, dont la livraison est fixée à un an et demi.

José Carvalho da Rocha a tenu ces propos dans une interview accordée à l'unique quotidien du pays « Jornal de Angola » et qui va être publié le lundi 23 avril 2018.

Ce Lundi, les représentants de la société russe qui a construit le satellite précédent, Angosat-1, feront le point sur ce qui est arrivé à l'équipement estimé à 320 millions de dollars.

Le ministre des Télécommunications et de la Technologie de l'Information, selon ce journal, a déclaré que le prochain satellite aura plus de capacité et sera plus sophistiqué que son prédécesseur.

En ce qui concerne la précédente, le gouvernant s'est limité à dire qu'il y a eu des «perturbations» dans son fonctionnement depuis son lancement, sans entrer dans les détails.

L'évaluation finale de ce qui s'est passé avec Angosat-1 est réservée aux représentants de Roscosmos, le consortium spatial russe qui a construit le premier satellite angolais.

Angosat-1 dispose d'une assurance de 121 millions de dollars qui, en cas d'accident ou de disparition, couvre le coût total de son remplacement.

Sortie le soir du 26 Décembre 2017, par la fusée porteuse ukrainienne Zenit, depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, le satellite a mis sept heures pour se garer à la position orbitale 14,5 E, où il restera pendant 15 ans (durée de vie).

Après le lancement, le satellite serait testé pendant deux à trois mois, après il serait prêt à être utilisé, ce qui devrait commencer à partir du mois en cours.

Le satellite géostationnaire serait situé à 36 000 kilomètres au-dessus du niveau moyen de la mer et sa vitesse coïnciderait avec celle de la rotation de la Terre, qui couvrirait un tiers de sa surface totale.

Construit en Fédération de Russie, pesant 1. 550 kilogrammes, dont seulement 262,4 sont des charges utiles, il serait dans la position orbitale 14,5 E, avec une puissance utile de 3 753 W, dans la fréquence Ku.

Le satellite angolais dispose d'un centre de contrôle et de mission en Angola, dans la commune de Funda, au nord de la province de Luanda, et d'un centre secondaire en Russie, à Korolev.

Angosat-1 a été construit en cinq ans, plus précisément à partir de 2012, à la suite d'un accord signé en 2009 entre les gouvernements de la République d'Angola et de la Fédération Russe.

La destruction éventuelle, la disparition ou l'échec du premier satellite angolais ne serait qu'une autre tache noire dans la longue liste des événements mondiaux de ce genre.

L'histoire raconte que des pays plus développés, tels que la Russie, la Chine, l'Inde et les États-Unis d'Amérique, ont eu, à diverses occasions, plusieurs événements satellites négatifs.

Beaucoup de ces documents ont entraîné la disparition définitive et inexpliquée de l'équipement projeté dans l'espace ou simplement sa destruction totale.

Angola

Reprise des travaux de réfection de la Route Nationale à Moxico

Les travaux de réfection de la Route Nationale 180, reliant la ville de Lumbala-Nguimbo à celle de Luena,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.