23 Avril 2018

Sénégal: Parrainage - La Ld dedouane Macky et invite au dialogue

En réunion d'instance avant-hier samedi, les membres de la Ligue Démocratique, par le biais de leur secrétaire général par intérim Nicolas Ndiaye, ont invité l'opposition ainsi que la société civile à se « joindre à la table des négociations, pour discuter des modalités de mise en œuvre du parrainage en vue des prochaines échéances électorales». La Ld est également revenue sur la médiation des guides religieux et l'absence du Président, le jour du vote.

Même si le parrainage continue de susciter moult frustrations chez certains acteurs politiques, notamment ceux de l'opposition et de la société civile, les membres de la Ligue Démocratique s'en félicitent, car pour eux, il constituerait une aubaine.

« L'institutionnalisation du parrainage intégral permettra assurément une rationalisation des candidatures aux différents types d'élections.

En effet, et au regard de la prolifération des partis politiques et des candidatures aux élections, il était devenu impératif de mettre en place un système de sélection des listes et des candidats qui préserve nos acquis démocratiques conquis de haute lutte », a dit la Ld.

Partant de ce constat, les Jallarbistes ont invité à la fois l'Etat et les membres de l'opposition à s'asseoir autour d'une table afin de trouver des consensus.

« Le bureau politique invite d'une part le gouvernement à créer les conditions favorables à un dialogue fécond et inclusif autour des modalités de mise en œuvre du parrainage et, d'autre part, appelle l'ensemble des partis politiques et des organisations de la société civile à faire preuve de responsabilité en vue de construire des consensus forts et dynamiques autour du processus électoral », a dit la Ld.

Par ailleurs, revenant sur la récente médiation des hommes religieux qui semble être tombée dans l'oreille d'un sourd, le secrétaire par intérim de la Ld Nicolas Ndiaye estime qu'il y a une désinformation.

Car « c'est du rôle des guides religieux d'appeler à la paix, à la concorde, et au dialogue, maintenant c'est au président de la République de juger. Peut-être que les guides religieux n'ont pas toutes les informations qu'ils doivent avoir.

Le long processus de dialogue a commencé il y a 6 mois, processus au cours duquel il y avait quinze représentants du pouvoir, quinze représentants de l'opposition, quinze représentants de la société civile.

Là, il n'y avait pas de majorité ni de minorité, toutes les parties étaient à égalité. Dialogue que certains ont saisi et que d'autres ont refusé. Est-ce que les chefs religieux étaient au courant de ça ? », s'est-il demandé.

Quant au séjour du Président Macky Sall en France alors que la loi sur le parrainage était soumise aux députés, que d'aucuns assimileraient à « une manque de considération à son peuple », Nicolas Ndiaye estime que « c'est au président d'en répondre...

Même en l'absence du président de la République, les institutions fonctionnent normalement. La preuve, il est allé en France, cela n'a pas empêché l'Assemblée nationale de faire son travail, l'administration non plus».

Sénégal

La Sénégalaise des Eaux de nouveau distinguée par un prix international, le « Water Utility of the Year »

Dakar, le 22 mai 2018 - La Sénégalaise des Eaux (SDE), qui assure la production et la distribution de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.