23 Avril 2018

Sénégal: Parrainage citoyen - Appel d'Idrissa Seck à l'opposition pour faire bloc et saisir la CEDEAO

L'invite d'Idrissa Seck lancée à l'endroit de l'opposition, vendredi dernier, pour faire bloc contre la loi sur le parrainage citoyen et ester devant la Cour de justice de la Cedeao, est diversement appréciée par les acteurs en question.

Si Mamadou Diop Decroix d'Aj/Pads et du Fdpr valide l'appel tout en envisageant d'en bonifier les contours, il en est autrement pour Ousmane Sonko de Pastef qui invite lui, le leader de Rewmi à se mettre dans les rangs du Front de résistance nationale déjà mise sur pied par l'opposition contre le pouvoir en place.

Après l'adoption par la majorité parlementaire de la loi sur le parrainage intégral et l'appel à l'union lancé par Idrissa Seck de Rewmi à l'opposition afin de saisir la Cour de justice de la Cedeao, Mamadou Diop Decroix d'Aj/Pads et du Fdpr s'est dit favorable à l'invite.

Interpellé par Sud Fm sur le recours envisagé par Idrissa Seck au niveau de l'instance sous-régionale, il a tenu à faire savoir :«Je trouve personnellement que c'est une bonne idée.

D'ailleurs hier (vendredi-ndlr) en marge de la réunion du Front démocratique et social de résistance nationale, certains en ont discuté. Ils sont arrivés aussi à cette même idée d'aller à la Cedeao et même à l'Union africaine et peut-être même ailleurs».

Toutefois, pour Mamadou Diop Decroix, il faut aller au-delà de la proposition du leader de Rewmi de faire front commun pour porter l'affaire devant la Cour de justice de la Cedeao. Aussi a-t-il fait savoir qu'en parallèle de cette bataille judiciaire, d'autres fronts devront être ouverts.

«C'est une lutte de longue haleine. Le 19 avril dernier n'est que le commencement. La rue sera encore occupée», a-t-il martelé avant de conclure que «Nous utiliserons tous les moyens en notre disposition pour faire reculer le régime».

A la différence de Mamadou Diop Decroix, le député Ousmane Sonko, leader de Pastef, s'est montré beaucoup moins flexible, quant à l'appel de l'ancien Premier ministre sous Wade. Pour lui, c'est plutôt Idrissa Seck qui doit venir rejoindre l'opposition regroupée au sein du Front de résistance nationale.

De l'avis de Sonko, ce front qui fait l'objet de l'appel du patron de Rewmi existe déjà, et il serait donc plus judicieux de venir s'y intégrer que d'en fonder un nouveau.

«Nous, nous considérons, en tout cas au niveau de Pastef, qu'il y a un large front qui existe déjà et que ce front regroupe l'ensemble de l'opposition, exception faite du Rewmi de M. Idrissa Seck et du Grand parti de Malick Gakou », a-t-il déclaré au micro de Sud Fm.

Dans la foulée, l'ancien inspecteur principal des Impôts et Domaines expliquera que d'ailleurs, c'est ce front qui a été à l'origine de l'appel à manifester du 19 avril dernier, lors de l'examen du projet de loi portant révision de la Constitution.

En conclusion, Ousmane Sonko dira tout simplement : «Le seul enjeu, c'est le Sénégal, donc tout le monde n'a qu'à se regrouper dans ce qui existe déjà au lieu de recréer la roue».

Sénégal

La Sénégalaise des Eaux de nouveau distinguée par un prix international, le « Water Utility of the Year »

Dakar, le 22 mai 2018 - La Sénégalaise des Eaux (SDE), qui assure la production et la distribution de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.