26 Avril 2018

Congo-Kinshasa: Le projet de loi sur la répartition des sièges à l'Assemblée fait débat

Photo: La Prospérité
Assemblée nationale

L'examen du projet de loi sur la répartition des sièges électoraux pour les scrutins de décembre 2018 a débuté ce mercredi 25 avril à l'Assemblée nationale en RDC. Le calendrier électoral prévoit qu'elle doit être promulguée au plus tard le 8 mai pour éviter le risque de glissement. Il reste donc peu de temps. Or, cette loi a été établie sur la base du fichier électoral, présenté par la Commission électorale nationale indépendante le 6 avril, mais contesté par l'opposition et qui attend encore d'être audité par l'Organisation internationale de la Francophonie. A la fin de la séance, le texte a été renvoyé en commission pour être retravaillé.

Dès le début de séance, le député Fabien Mutomb demande un report. Pour l'opposant, examiner une loi élaborée à partir d'un fichier électoral qui doit encore être audité par l'OIF, cela n'a aucun sens. « Imaginez-vous qu'à l'issue de leur audit, ils trouvent qu'il faut revenir éventuellement à l'enrôlement », s'inquiète-t-il.

« Manœuvre dilatoire », répondent des députés de la majorité. Requête rejetée. « Ce vote, c'est un pas décisif vers les élections », plaide alors le vice-Premier ministre, Henri Mova. Puis le débat commence et plusieurs députés déplorent des anomalies dans la répartition des électeurs et des sièges sur le territoire. « Là où on tue tous les jours, c'est là où il y a le plus d'enrôlés que là où il y a la paix. C'est quand même grave cette façon de faire les choses », estime notamment Jean-Baudouin Mayo.

Le texte du projet de loi retourne en commission

Le président de l'Assemblée nationale, Aubin Minaku intervient. « Si chaque député vient concernant les calculs, nous risquons même de donner l'impression à l'opinion publique que le travail présenté est bâclé. Pourtant c'est un travail professionnel, mais qui peut être amélioré à certains égards si possible, grâce à l'éclairage de ceux qui connaissent l'affaire, le pouvoir organisateur, à savoir la Ceni », déclare-t-il..

Le président de la Ceni, qui assiste au débat, explique alors sa méthode, tout en reconnaissant que le toilettage du fichier n'est pas totalement achevé. Le débat, qualifié de « technique » est renvoyé en commission avant un nouvel examen. Le président de l'Assemblée nationale a donné 48 heures à la commission des lois pour retravailler le texte avec la Ceni et les députés.

Congo-Kinshasa

Le mouvement de l'opposant Moïse Katumbi empêché de se réunir

En République démocratique du Congo (RDC), le mouvement de l'opposant Moïse Katumbi a… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.