26 Avril 2018

Burkina Faso: Cession de la part de l'Etat dans Onatel Sa - Le SYNATEL proteste

Ceci est un communiqué signé de Soulémane So, Secrétaire général (SG) du Syndicat national des télécommunications (SYNATEL). Ce syndicat s'insurge contre la vente, par le gouvernement du Burkina Faso, de 10% du capital détenu par l'Etat burkinabè dans la société ONATEL SA, à Maroc Télécom.

Le peuple burkinabè a appris par voie de presse et à travers les réseaux sociaux, la vente, par le gouvernement du Burkina Faso, de 10% du capital détenu par l'Etat burkinabè dans la société ONATEL SA, à Maroc Télécom, renforçant ainsi la mainmise de celui-ci dans la possession de ladite société.

Cela a conduit le Syndicat national des télécommunications (SYNATEL) à interpeler le Président du Faso au regard de sa responsabilité devant l'histoire, dans la gestion des intérêts de l'Etat.

Pour le SYNATEL, même si le désengagement accru de l'Etat d'un secteur aussi stratégique et sensible que celui des télécommunications n'est pas une bonne chose, l'objet de l'interpellation tient au fait que ce désengagement permet le renforcement de la position d'un partenaire qui n'est pas soucieux du développement des infrastructures de télécommunications au Burkina Faso.

L'une des raisons avancées, et sans doute la principale, pour procéder à la privatisation de l'ONATEL le 29 décembre 2006, était qu'il fallait s'attacher un partenaire stratégique capable d'apporter l'investissement nécessaire au développement des infrastructures de télécommunications, vu que notre pays accusait un retard et que les moyens de l'Etat étaient limités. Un cahier des charges a été élaboré et Maroc Télécom a été choisi comme partenaire stratégique à qui 51% du capital a été cédé.

Mais le constat est que depuis cette privatisation, l'élan qu'avait pris l'ONATEL, société d'Etat en matière de développement des infrastructures de télécommunications, a été stoppé. L'ONATEL, société d'Etat, avait un plan d'équipement qui devrait voir la réalisation de gros projets d'infrastructures de télécommunications.

A l'arrivée de Maroc Télécom, tous ces projets ont été abandonnés et pendant longtemps, il n'y a pas eu d'investissement dans ces domaines. La défaillance de Maroc Télécom à ce niveau était telle que le gouvernement, une dizaine d'années après, ayant pris la mesure du danger que cela représentait pour notre pays, a décidé d'injecter plusieurs milliards de francs CFA pour construire des infrastructures de télécommunications au bénéfice de la nation. Cela signifie que le repreneur n'a pas respecté ses engagements en matière d'investissement.

Le niveau de développement des infrastructures de télécommunications que l'Etat espérait en 2006 et qui l'avait poussé à céder 51% du capital de l'ONATEL, il ne l'a pas obtenu. Et ce retard est énorme aujourd'hui pour notre pays. Nous en avons fait le constat en octobre 2016 avec le Premier ministre et celui-ci était d'accord avec nous.

De façon concrète, au niveau des populations, cela se traduit par des difficultés d'accès aux services de télécommunications (dégradation de la qualité de services, lenteur des connexions internet, insuffisance de couverture, abandon du téléphone fixe... ).

Au niveau économique, le cahier des charges fait obligation de recruter du personnel. Maroc Télécom n'a pas respecté cela, car depuis une dizaine d'années, le recrutement est quasiment nul à ONATEL SA.

En matière de gestion de l'entreprise, les travailleurs ont toujours dénoncé une gestion opaque qui pourrait faciliter une fuite organisée de capitaux. L'Etat, au moment de la privatisation et de la répartition des postes, ne s'est pas donné les moyens de contrôle de la gestion de ONATEL SA. Cette question a également été abordée en octobre 2016 avec le Premier ministre. Il a expliqué cette situation par le fait que l'ONATEL a été privatisé dans des conditions non transparentes, mais que son gouvernement n'est pas comptable de cela. Le SYNATEL a estimé qu'au nom de la continuité de l'Etat, la responsabilité de ce gouvernement est entièrement engagée dans la situation de l'ONATEL liée à sa privatisation.

Le SYNATEL, soucieux du devenir de l'entreprise, a déjà transmis au gouvernement un mémorandum sur la situation de l'ONATEL. Les aspects évoqués plus haut y figurent. D'autre part, suite à son congrès tenu en 2016, le SYNATEL a adressé au gouvernement une plateforme dans laquelle il demandait au gouvernement de faire le bilan de dix ans de privatisation de l'ONATEL. Ce bilan permettrait de passer en revue les conditions de privatisation, le respect des engagements des parties, la gestion, etc., et de s'assurer que les intérêts du Burkina Faso sont préservés et au besoin reconsidérer certaines clauses. Le Premier ministre avait reconnu la nécessité qu'il y avait à faire ce bilan et avait instruit le ministre en charge du développement de l'économie numérique et des postes d'initier quelque chose dans ce sens. Le SYNATEL était donc dans l'attente de ce bilan.

Sans faire ce bilan qu'il a pourtant jugé nécessaire, et mieux, sans boucler le processus de privatisation, notamment la cession de 6% aux travailleurs, le gouvernement montre, comme pour dire aux travailleurs de l'ONATEL et aux citoyens que son souci n'est pas tant que Maroc Télécom respecte ses engagements de développer les infrastructures de télécommunications, mais plutôt qu'il soit seulement prêt à acheter des actions pour permettre au gouvernement de résoudre un problème conjoncturel, a décidé de lui céder en plus 10% des parts de l'Etat.

Le SYNATEL proteste vigoureusement contre cette transaction opérée par le gouvernement, qui fragilise davantage l'Etat et renforce les capacités d'un partenaire qui se soucie peu du développement du Burkina Faso. Le SYNATEL appelle le gouvernement à renoncer à cette cession qu'il vient de faire et exige le bilan de la privatisation de l'ONATEL.

Le SYNATEL estime que le gouvernement fait preuve d'un manque de vision en se désengageant d'une entreprise aussi stratégique comme l'ONATEL alors que l'Etat marocain lui-même détient une part importante du capital de Maroc Télécom.

Quoiqu'opposé à une perte de souveraineté de l'Etat dans ce secteur stratégique des télécommunications, le SYNATEL pense que s'il y avait une nécessité absolue pour le gouvernement de céder les 10%, il aurait pu le faire à des investisseurs nationaux.

Le SYNATEL doute qu'au bilan de l'histoire, ce gouvernement ne soit reconnu comme celui qui se serait assis sur la gouvernance chaotique constaté ces dernières décennies, pour fragiliser notre Etat, enfoncer notre pays dans une crise structurelle et favoriser sa recolonisation par le biais des multinationales.

Pour le Bureau National

Le Secrétaire Général

Burkina Faso

Opération de Ragnongo - l'UPC «salue le patriotisme des forces de défense et de sécurité»

"L'Union pour le Progrès et le Changement a appris le démantèlement d'une cellule terroriste… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.