26 Avril 2018

Cameroun anglophone - La médiation de l'Eglise catholique appelée de tous les vœux

Photo: Présidence de la République du Cameroun
Le Saint-Père a reçu le Président de la République du Cameroun, accompagné de la Première Dame Chantal BIYA. Cette rencontre au sommet a été marquée par un tête-à-tête entre le Pape François et S.E. Paul BIYA.

Le centre d'analyses géopolitiques International Crisis Group (ICG) figure parmi les institutions et autres organisations qui veulent que le clergé agisse sans plus tarder pour résoudre la crise qui touche les régions nord-ouest et sud-ouest du pays.

Dans un rapport rendu public le 26 avril, l'ICG insiste pour l'implication du clergé catholique. « Etant donné l'opposition de Yaoundé à toute médiation internationale, l'Eglise catholique est quasiment le seul acteur en mesure d'intervenir et de promouvoir le dialogue entre le gouvernement et les régions anglophones », écrit le centre dans ce document intitulé « La crise anglophone au Cameroun : comment l'Eglise catholique peut pousser au dialogue ».

Le texte dit craindre que la situation empire dans les régions anglophones et en appelle au sens des responsabilités de tous. Les mêmes craintes ont été émises par le parti d'opposition Social democratic front qui a estimé, le 21 avril, que cette grave crise socio-économique a « dégénéré en guerre civile ouverte ».

« Le risque que la crise anglophone au Cameroun se transforme en guerre civile s'accroît considérablement », souligne l'ICG. « Hormis le clergé catholique, les médiateurs potentiels sont rares. Si personne ne prend cette responsabilité, le sentiment séparatiste déjà exprimé par de nombreux anglophones va continuer à progresser, ce qui va intensifier la violence et exacerber l'insurrection actuelle dans les régions anglophones, alors que des élections sont prévues en 2018 », prévient le rapport.

Alors que l'Eglise représente près d'un tiers de la population camerounaise, le centre d'analyses déplore les « positions divergentes » de celle-ci sur la question anglophone et l'invite à « surmonter ses divisions et afficher sa neutralité ».

L'ICG souhaite que l'Eglise catholique se prononce le plus rapidement possible pour assurer la médiation dans la crise puisqu'elle sévit dans le pays depuis trois mois, dans les deux régions anglophones du Cameroun (nord-ouest et sud-ouest) qui représentent 20% de la population du pays. Depuis lors, les groupes séparatistes armés multiplient les actions violentes contre des symboles de l'Etat (attaques de gendarmerie, enlèvements de fonctionnaires, accrochages avec l'armée).

La crise dans le Cameroun anglophone a déjà fait trente et un morts parmi les forces de sécurité, depuis fin 2017, selon des sources concordantes mais d'autres observateurs à Yaoundé évoquent un bilan plus élevé alors que l'ICG fait état de quarante-trois soldats tués. Quant au nombre de séparatistes ou de civils tués, il reste toujours inconnu. Et la population des deux régions anglophones, prise entre deux feux, fait face à des besoins humanitaires grandissants dans des zones très difficiles d'accès pour les ONG, selon l'ICG.

Le document de l'ICG sur la crise dans le Cameroun anglophone n'est pas le tout premier du genre. En octobre 2017, le gouvernement camerounais avait accusé ce centre de recherche et d'analyses basé à Bruxelles et à Washington de « déstabilisation », après un rapport dénonçant « une répression meurtrière » et un risque « d'insurrection armée » dans les régions anglophones du pays.

Cameroun

L'ambassadeur américain convoqué après ses propos polémiques

Yaoundé convoque l'ambassadeur des Etats-Unis et exprime « sa vive désapprobation »… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.