29 Avril 2018

Cote d'Ivoire: Abidjan Jazz By Bicici 2018/Lura en concert à Abidjan - Le Cap-Vert déménage à l'Institut français

Le festival Abidjan Jazz By Bicici a connu son apothéose, le vendredi 27 avril 2018, à l'Institut français d'Abidjan-Plateau avec le concert de l'artiste portugaise d'origine Cap-Verdienne, la pétillante Lura.

En levée de rideau, l'orchestre de la Bicici, « Bicici voice » composé en majorité d'agents de banque a presté pour tenir le public en haleine, en attendant que Lura s'installe. En tout cas, le public a passé du bon temps avec cet orchestre à travers des reprises de grands classiques ivoiriens et africains.

Pour le 3ème et dernier acte qui constitue l'apothéose du Festival Abidjan Jazz By Bicici, les personnes en charge de la programmation ont vu juste. Et pour preuve. Lorsqu' à 21h30 mn Laura monte sur scène, il n'y avait plus de place assise dans la salle de spectacle de l'Institut français d'Abidjan-Plateau.

Après deux titres dont « D'où je viens » de son dernier album, Lura affirme sa joie d'être à Abidjan pour ce concert. « Je suis très contente d'être à Abidjan. C'est la première fois que je visite ce beau pays... », s'est-elle réjouie.

Tout au long de sa prestation, et dans la voix de Lura, elle n'a servi que de la gaieté. Lura est décidément un enchantement. Tellement elle a su porter très haut les rythmes populaires du Cap-Vert. Et cela, à travers tous les genres musicaux capverdiens qu'elle a embrassés avant de leur imprimer sa touche personnelle.

C'est ainsi qu'elle a fait déménagé le Cap-Vert à l'Institut français d'Abidjan dans une ambiance festive par moment, à l'occasion de Festival Abidjan By Bicici.

La « coladera », dans « No be fala », la riante « Cola sanjon de Romaria », un rythme de fêtes de la Saint-Jean, ou encore le « batuque », « le rythme des femmes, fait de percussions ».

C'était l'effervescence à l'Institut français. Des membres de la communauté Capverdienne d'Abidjan, des spectateurs, ne tenant plus sur leurs sièges ont tenu à partager la scène avec Lura.

En égrenant ses titres, l'on s'aperçoit que la thématique de la diva Lura s'est articulée autour de l'histoire de son pays, de l'Afrique, des choses de la vie, des relations humaines... pour le grand bonheur du public abidjanais qui semble l'avoir adopté, à s'en tenir au standing ovation à la fin de sa prestation.

Née en 1975 à Lisbonne, Lura débute sa carrière à 17 ans. Elle a collaboré avec de grosses pointures comme la star angolaise Bonga, Tito Paris et la grande Cesaria Evora.

Notons qu'à cette occasion, le directeur général de la Bicici, Jean-Louis Menann-Kouamé a indiqué que sa banque continuera de s'engager dans la promotion du Jazz. Aussi a-t-il salué d'autres initiatives de ce genre comme l'Emoi du Jazz et Abi Jazz.

Cote d'Ivoire

Le pays peine à exporter ses noix de cajou

La Côte d'Ivoire, premier producteur africain de noix de cajou et premier exportateur mondial, a bien du mal… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.