7 Mai 2018

Madagascar: Affaire « Croix-Rouge malagasy » - Vers un effet domino !

L'affaire de détournements de fonds auprès de la « Croix-Rouge malagasy » continue de faire parler d'elle.

La « Croix-Rouge malagasy » va porter plainte sur l'affaire de détournement de fonds qui a secoué aussi bien la société nationale « malagasy » que la fédération internationale de la Croix-Rouge.

«Les résultats officiels des opérations d'audit menées par la Croix-Rouge norvégienne à travers le cabinet « Ernst and Young » sont entre les mains des responsables de la « Croix-Rouge malagasy » (CRM). Nous pouvons enfin porter plainte contre les responsables des détournements de fonds auprès de la Croix-Rouge malagasy». Ce sont là les propos de Claude Rakotondranja, président de la société nationale « malagasy » la semaine dernière lors d'un entretien téléphonique.

En effet, l'inexistence des détails se rapportant à l'affaire de détournement médiatisée par la Croix-Rouge norvégienne était le motif avancé par le président de la CRM ne lui permettant pas de mener quelconque poursuite judiciaire à l'encontre des responsables. Documents qui ne sont toutefois pas accessibles, mais qui devraient faire beaucoup d'effets à l'endroit de ceux qui se sont trempés dans les affaires de corruption, de fraudes et de détournements dans la « Croix-Rouge malagasy ». Des pistes sont toutefois disponibles.

Notamment, les règles d'organisations au sein de la société nationale qui sont connues et expliquées par le président lui-même dans un article paru le 19 avril 2018 dernier. Ce sont le «secrétaire général et le trésorier national qui signent tous les actes financiers de la CRM». Par ailleurs, une source bien informée fait savoir que «d'autres personnes au sein de la CRM ont pu bénéficier des fonds qui devaient aider des personnes vulnérables». «Aussi bien le président national que les chefs de projets, les responsables auprès du volet management que le Sg, mais surtout le trésorier national ne peuvent s'échapper si des actions judiciaires» a avancé notre source. C'est donc tout un réseau qui se trouve chamboulé par l'affaire qui nuit gravement à l'image de la « Croix-Rouge malagasy ».

8 mai. Par ailleurs, une autre source - elle aussi bien informée - fait savoir que la « Croix-Rouge malagasy » prévoit de faire une grande action pour marquer la journée mondiale de la Croix-Rouge. Celle-ci de faire savoir que cela pourrait correspondre «à la tenue d'une assemblée générale (AG) relative à la fin de mandat du président actuel». Il convient de noter que le président d'une société nationale est élu pour un mandat de quatre ans. La tenue de l'AG pourrait donc être le moment pour le président d'annoncer soit son retrait de la société nationale soit une volonté de briguer un quatrième mandat (Claude Rakotondranja était président de la « Croix-Rouge malagasy » depuis l'année 2006). Par ailleurs, notre source de faire savoir que «le statut actuel de la CRM ne permet plus au président Claude Rakotondranja de se porter candidat à la prochaine élection présidentielle». Avant de renchérir qu' «un éventuel forcing de l'actuel président à s'accrocher à la présidence est vu de mauvais œil par de nombreux membres». À l'aube de la célébration de la journée mondiale de la Croix-Rouge, la société nationale traverse une mauvaise passe... qui pourrait coûter cher financièrement étant donné que «les partenaires seraient en attente d'explications claires de la situation avant de se prononcer sur une éventuelle continuité des coopérations».

Madagascar

Andry Rajoelina lance son initiative pour l'émergence

A l'hôtel Carlton d'Antananarivo, Andry Rajoelina, ex-président de la transition, a présenté… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.