8 Mai 2018

Afrique de l'Ouest: Sécurité routière en Afrique de l'Ouest - Le ministre Dabilgou conduit le Burkina

document

Une journée est consacrée à la sécurité routière dans les pays d'Afrique de l'Ouest. Cette année marque la 5e édition de la célébration de cet événement. Et pour l'occasion, le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Vincent T. Dabilgou, livre le message dont copie est parvenue à notre rédaction.

Aujourd'hui 8 mai 2018, la communauté ouest-africaine commémore, pour la cinquième année successive, la journée de l'Organisation pour la sécurité routière en Afrique de l'Ouest (OSRAO).

L'Organisation pour la sécurité routière en Afrique de l'Ouest (OSRAO) a été créée le 7 mai 2008 par les organismes chargés de la sécurité routière des Etats membres de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

Elle a pour mission la promotion et le renforcement de la sécurité routière en Afrique de l'Ouest, avec pour objectif global, la réduction du nombre et de la gravité des accidents de la circulation routière.

Dans le cadre de sa mission de promotion de la sécurité routière, cette organisation a institué en 2013 une journée dite « Journée de l'OSRAO », qui est commémorée le 8 mai de chaque année.

A l'occasion de cette journée, ses structures membres sont invitées à organiser, dans leurs pays respectifs, des activités en rapport avec le thème général de la journée.

Le thème retenu pour la présente édition est « Célébrer une décennie de pratique de sécurité routière en Afrique de l'Ouest : le trajet jusqu'ici » pour commémorer le dixième anniversaire de l'OSRAO (2008-2018).

En cette journée spéciale et en ma qualité de ministre de la Sécurité routière, il me plait d'exprimer, au nom du Gouvernement et du peuple du Burkina Faso, ainsi qu'en mon nom propre, au Secrétariat exécutif de l'OSRAO et à l'ensemble des pays membres ainsi qu'à la Communauté ouest-africaine mes chaleureuses félicitations et mes meilleurs vœux.

Après (10) années de lutte contre l'insécurité routière, des acquis importants ont été engrangés.

En effet, notre pays, le Burkina Faso, à l'instar des autres pays membres de l'OSRAO, a développé plusieurs actions en vue d'apporter une réponse à cette situation de crise caractérisée de la sécurité routière.

Comme actions traduisant très clairement la forte volonté de notre Gouvernement d'accompagner la sécurité routière, nous nous proposons de retenir seulement celles qui sont directement liées à la résolution de la question de l'insécurité routière. A titre d'exemples nous citerons :

- l'élaboration du manuel d'éducation routière à l'école première ;

- l'élaboration et l'adoption du Document de politique nationale de sécurité routière ;

- la création de l'Office national de la sécurité routière (ONASER) et du Conseil national de la sécurité routière (CNSR) ;

- la consécration d'une Journée nationale de sensibilisation à la sécurité routière (JNSSR) le 15 novembre de chaque année ;

- l'élaboration du Plan d'actions national de sécurité routière 2011-2020, adopté par le Conseil national de la sécurité routière en sa session du 26 juillet 2011 ;

- l'adoption de plusieurs textes sur des comportements à risques.

Malgré les multiples mesures prises par le Gouvernement, force est de constater que de nombreux défis restent à relever. En effet, il ne se passe presque plus une semaine sans que l'on enregistre au moins un cas d'accident mortel dans notre pays.

La recrudescence des accidents de la circulation s'explique, entre autres, par l'incivisme notoire des usagers de la route dû en partie à la faiblesse des contrôles routiers qui favorise les mauvaises pratiques dans la conduite automobile (pratique du surnombre, excès de vitesse, conduite sans documents ou avec de faux documents, etc.).

En effet, aucun usager n'est prompt à respecter les règles de la circulation routière. Cet état de fait a été favorisé par la situation de crise socio-politique que notre pays a traversée.

Avec ces événements, certains usagers pensent que l'État a perdu son autorité et ils font ce qu'ils veulent, parfois au détriment de leur sécurité et de leur survie sans le savoir.

La célébration du 10e anniversaire de l'OSRAO est l'occasion pour nous d'appeler chaque usager de la route à plus de civisme et de courtoisie dans la circulation routière et à un regard rétrospectif sur les comportements à risques afin de redéfinir son rôle en tant qu'acteur de la lutte contre l'insécurité routière.

Chacun de nous doit faire ce qui est juste dans la juste mesure pour l'enracinement d'une véritable culture du civisme et de la sécurité routière dans notre pays.

Nous devons dégager ensemble les stratégies par lesquelles nous allons agir vigoureusement et surtout replacer la lutte contre l'insécurité routière dans son cadre véritable.

Chacun de nous possède en lui les capacités pour aider à combattre ce fléau des temps modernes. Nous devons aller plus loin, car la survie de nos populations en dépend. Il ne s'agit pas là d'une simple question de politique : c'est nous qui sommes les victimes, nos familles, nos communautés et nos espoirs.

C'est pourquoi, j'invite chacun à ne pas baisser la garde et à s'engager davantage avec plus de détermination dans le travail d'éducation, de sensibilisation et de formation. La lutte contre l'insécurité routière est un combat permanent et l'affaire de tous.

L'appel que je lance s'adresse également à tous les acteurs tant publics que privés, à l'ensemble de la société civile et à toutes les bonnes volontés soucieux d'accompagner l'Etat dans la promotion de la sécurité routière qui participe à la valorisation de notre capital humain.

Aussi voudrais- je saisir une fois de plus l'occasion de cette journée du 08 mai pour saluer les efforts consentis par l'ensemble des partenaires et souhaiter qu'ils puissent toujours accompagner notre Gouvernement dans la lutte contre l'insécurité routière.

Enfin, j'appelle à beaucoup plus d'engagement et d'actions de chacun et de tous dans le combat quotidien que nous menons contre l'insécurité routière afin que, tous ensemble, nous boutions l'insécurité routière hors des routes du Burkina Faso.

Fait à Ouagadougou, le 08 mai 2018

Le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière

Vincent T. Dabilgou

Officier de l'Ordre national

Burkina Faso

Démantèlement réseau terroriste - Une cellule dormante tuée dans l'œuf à Ragnongo

22 mai 2018. Jusqu'à midi, heure à laquelle le ministre de la sécurité, Clément… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.