8 Mai 2018

Mali: Violences basées sur le genre - L'IMAF-Mali sur les fronts

Le bureau national du groupe (IMAF-Mali), en partenariat avec la mairie de la commune I, et le commissariat du 6ème arrondissement, a organisé une table-ronde sur les violences basées sur le genre au Mali à la mairie de la Commune I sise à Korofina, le 5 mai 2018.

La table-ronde a permis aux acteurs présents entre autres, le maire de la Commune Antimé Ouologuème, le président du groupe IMAF-Mali Kassoum Coulibaly, le commissaire Tapa Diallo du 6ème Arrondissement et Coulibaly Korotoumou Traoré femme leader, de présenter un bilan des cas de violences basées sur le genre. Les débats ont laissé voir le chemin parcouru par l'Etat et ses partenaires et les défis qui restent à relever sur la question des (VBG).

Le commissaire Tapa Diallo a fait savoir que le Mali ne cesse de renforcer son arsenal juridique pour le renforcement des mesures de protection de la femme et la jeune fille contre toutes sortes de violences en période de conflits et aussi de paix.

Selon lui, les violences basées sur le genre restent l'une des questions de préoccupation nationale pour le Mali. Elles sont reconnues de violation grave des droits humains de la femme et de la jeune fille.

Les genres de violences que les femmes subissent très généralement ont été décortiqués par Mme Coulibaly Korotoumou Traoré, conseillère à la mairie de la commune I. Selon elle, ces violences sont de natures verbales, physiques et sexuelles. Elle a invité la présence à plus d'écoute et de renseignement sur les droits et libertés des femmes.

A l'en croire les mesures internationales et nationales prises dans le cadre de promotion et de protection de la gent féminine sont nombreuses mais restent méconnues par les femmes. Elle a remercié vivement l'IMAF-Mali pour cette initiative de sensibilisation et d'information.

Aminata Coulibaly, lycéenne présente au séminaire, a dit être très satisfaite. Elle a confié avoir appris beaucoup de choses sur les droits de la femme.

« Je suis aussi très contente qu'il existe des groupes et des organisations qui se préoccupent de la femme. Je pense que ce genre de séminaire doit-être organisé partout, dans les lycées, les écoles et aussi dans les quartiers. Nous sommes très nombreuses à ignorer les droits de la femme et de la jeune fille », a conseillé Aminata Coulibaly.

« L'IMAF opère dans les secteurs qui concernent la femme, sa protection et sa promotion. Notre mission de faire une réalité parfaite les dispositions juridiques internationales et nationales élaborées pour la femme et la jeune dans le monde », a martelé Kassoum Coulibaly président de l'IMAF-Mali.

Il a fait savoir que la question des violences basées sur le genre est une question de justice et de droit de l'Homme. Il a fait savoir que l'IMAF-Mali aide les femmes dans tous les secteurs de développement politico-économique et entreprenariat.

Plusieurs personnes étaient présentes à la table-ronde, des femmes et des jeunes filles, des leaders religieux, coutumiers et associatifs. Des rencontres similaires sont prévues partout au Mali, a promis Kassoum Coulibaly, président IMAF-Mali.

Mali

Des «civils» ou des «terroristes» tués à Boulikessi?

48 heures après la mort d'un militaire malien et d'une douzaine de personnes dans la localité de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Echos. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.