11 Mai 2018

Seychelles: Le pays envisage un deuxième câble Internet

La société « Seychelles Cable System » et le gouvernement des Seychelles ont convenu d'investir dans un deuxième câble à fibres optiques.

La mise à niveau des communications, qui devrait avoir lieu vers la fin de l'année prochaine, vise à s'assurer que les résidents et les visiteurs puissent rester connectés au monde extérieur si quelque chose devait arriver au câble actuel.

Le secrétaire principal du Département des technologies de l'information et de la communication, Benjamin Choppy, a déclaré lundi à la SNA que le gouvernement ne visait pas à faire de l'argent avec le second câble mais à assurer la sécurité des connexions des services de télécommunication.

Actuellement, les Seychelles, un archipel de 115 îles situé dans l'océan Indien occidental, ne disposent que d'un seul câble à fibres optiques, construit sous le SEAS (Seychelles East Africa System). Il relie l'île principale - Mahe - à Dar Es Salaam, en Tanzanie.

Dans son discours de 2018 sur l'état de la nation, le président Danny Faure a déclaré que «en cas d'accident avec le premier câble, [le deuxième câble] offre un itinéraire alternatif. Des progrès ont été réalisés et les sociétés de télécommunications Airtel et Cable and Wireless ont convenu d'investir dans ce deuxième câble, avec le gouvernement. "

Le Seychelles East Africa System prend en charge plus de 90% du trafic Internet dans le pays, le montant sur le satellite étant minime, a expliqué M. Choppy.

"Si jamais il y a une interruption ou une coupure sur le câble à fibre optique, avec les discussions que nous avons eues avec les principaux opérateurs, il est presque impossible, de déplacer cette quantité de trafic sur le satellite en un court laps de temps ", a déclaré M. Choppy.

Si une coupure se produit à ce moment, le trafic dévié vers le satellite devra être priorisé. En raison de la sensibilité commerciale, le coût de l'investissement n'a pas été divulgué.

La mise en œuvre du nouveau câble, qui ne sera pas un lien direct, devrait avoir lieu entre la fin de 2019 et 2020.

"Nous envisageons de rejoindre l'un des câbles qui seront construits dans la région. Il y a toujours de nouveaux projets dans le secteur des câbles sous-marins et nous envisageons de rejoindre un plus grand câble qui sera construit », a déclaré M. Choppy.

En 2012, quelques mois après l'arrivée du premier câble sur Mahé, il y a eu une coupure sur le câble sous-marin. M. Choppy a déclaré que même si le trafic sur le câble n'était pas aussi élevé qu'aujourd'hui, son effet avait été ressenti. Il a fallu environ un mois à l'entreprise pour réparer le câble.

Mi-janvier de cette année, les services de télécommunication dans le pays ont été interrompus pendant près d'une demi-journée en raison de travaux de génie civil effectués à Dar Es Salaam.

"Même alors, nous avons remarqué l'impact que l'interruption a causé - tout le monde attendait l'après-midi pour être connecté à nouveau. C'était une opération planifiée sur le terrain vous pouvez donc maintenant imaginer ce qui se passera s'il y a une coupure imprévue, surtout sous l'eau ", a déclaré M. Choppy.

Le secrétaire principal a déclaré que la durée des travaux de réparation dépend de la disponibilité des navires de réparation maritime. Les réparations peuvent durer de deux à trois semaines, mais en raison du temps de trajet et de la disponibilité des navires, la longueur totale peut doubler, voire tripler.

Seychelles

Les forces de l'ordre et les agences gouvernementales doivent combattre la corruption conjointement, a déclaré un haut responsable aux Seychelles

Davantage que la simple mise en place d'une institution ou d'une commission doit être fait pour lutter contre la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Seychelles News Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.