14 Mai 2018

Afrique de l'Ouest: Lutte contre le terrorisme - La force du G5 Sahel prête à entrer en action

Le ministre nigérien de la Défense, Kalla Moutari, a indiqué, le 13 mai, à l'issue d'une réunion avec le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, que la force antidjihadiste est maintenant disponible et va lancer ses opérations « bientôt », sans les préciser.

« Nous sommes prêts à lancer les opérations dans la mesure où toutes les forces composantes du G5 Sahel sont sur place », a déclaré Kalla Moutari. Il s'exprimait au terme d'une réunion à Ouagadougou, au Burkina Faso, des ministres de la Défense des cinq pays membres du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) ayant permis de valider « la mise en place de la force du G5 Sahel, la montée en puissance de cette force et un certain nombre de textes cadres ».

« Une composante de cette force est certifiée par le commandant de la force du G5. Deux autres composantes seront certifiées très bientôt. Et les opérations vont commencer. Nous nous sommes réjouis du succès de l'installation de cette force et de la volonté de chacun de nos Etats de mettre en œuvre cette force pour la sécurisation de l'espace dans lequel elle sera déployée », a ajouté le ministre nigérien.

La mise en place de la force conjointe nécessitait aussi un cadre juridique pour garantir le bon déroulement de ses opérations entre les pays membres. A ce sujet, Kalla Moutari a déclaré : « Nous avons mis en place les documents juridiques qui encadrent l'action de cette force sur l'ensemble de nos territoires. Donc, ce n'est qu'une question de temps pour le début des opérations qui est réservé à la discrétion des responsables militaires ».

Composée des soldats des cinq pays, la force du G5 Sahel, mise en place début 2017, doit combattre les groupes terroristes qui sévissent dans la région sahélienne. Elle a effectué une première opération « exploratoire » en novembre dernier mais doit monter en puissance pour atteindre au moins cinq mille hommes d'ici à mi-2018.

Le G5 Sahel dispose d'un quartier général à Sévaré, au Mali, et a déjà mené, en coordination avec la force française Barkhane, deux opérations dans la zone des « trois frontières » entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso. Malgré cela, les groupes djihadistes, dispersés lors de l'intervention française au Mali en 2013, ont retrouvé un nouveau souffle dans le nord de ce pays alors que douze mille Casques bleus (Minusma) y sont présents ainsi que la force française Barkhane, qui compte quatre mille hommes dans la région. Ils multiplient les attaques meurtrières contre ces forces et l'armée gouvernementale malienne. En 2017, ils, ont étendu leurs actions au centre et au sud du Mali, à la frontière avec le Niger et le Burkina Faso, qui sont aussi régulièrement touchés.

Afrique de l'Ouest

Casamance - Un enfant de 6 ans tué, une dame blessée par balle

Stupeur et consternation dans le village de Samic situé à 3 km de Boutoupa Camaracounda, dans… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.