14 Mai 2018

Sénégal: Innovation technologique - Lat Déguène Cissé conçoit un système d'irrigation et d'injection d'engrais sur mesure

Le Sénégalais Lat Déguène Cissé a mis au point un système qui régule à distance l'irrigation des exploitations agricoles et l'injection précise des doses d'engrais en fonction de la croissance de la plante. Le système d'irrigation se met automatiquement en marche dès que l'humidité du sol commence à baisser.

Une nouvelle innovation ! Elle contribuera à moderniser davantage le système d'irrigation et de production agricole. Elle est plus un système de contrôle de l'irrigation à distance. Elle a été conçue par un Sénégalais, Lat Déguène Cissé, né le 1er février 1976 à Dakar.

L'ancien élève du lycée Galandou Diouf de Dakar a fabriqué un appareil intégré de régulation de l'irrigation et d'injection d'engrais baptisé : Pompe fertiliseur et sonde (Pfs). Le système est une chaîne de matériel électronique et électromécanique.

« Il s'agit d'un ensemble de trois appareils (contrôleur de pompe, sonde d'humidité et d'injecteur d'engrais). Ces appareils fonctionnent avec une source photovoltaïque. Ils sont contrôlés par une télécommande électromagnétique compacte, étanche et facilement utilisable par n'importe quel producteur dans son exploitation agricole », décrit Lat Déguène Cissé.

L'appareil est mis en marche ou à l'arrêt de plusieurs façons. L'usager peut le faire fonctionner manuellement grâce à une télécommande ou choisir le mode automatique guidé par une sonde d'humidité ou par le niveau d'eau. L'innovation est une perfection, notamment dans la synchronisation entre l'apport en engrais minéraux et l'apport en eau.

« L'unité de commande est connectée sans fil à la sonde d'humidité et à l'injecteur d'engrais pour synchroniser les apports d'engrais minéraux avec les arrosages. D'autre part, elle reçoit les informations de démarrage ou d'arrêt de la pompe venant de la sonde d'humidité », avance ce Sénégalais qui a travaillé pour le compte des institutions comme la Fao ou l'Isra.

La chaîne comporte, entre autres, un contrôleur, une télécommande, une sonde d'humidité et un fertiliseur, une électropompe, des panneaux solaires et une batterie.

Grâce à ce système, le producteur agricole a la possibilité de démarrer ou d'arrêter des opérations de pompage sur une distance d'au moins 100 mètres. Il en est de même pour les opérations d'injection d'engrais. L'innovation vient alléger l'effort physique déployé et procure plus de précision dans l'épandage d'engrais.

« La première innovation est la façon de contrôler les irrigations à distance jusqu'à 4ha de surface totale. Cela procure un gain de temps très précieux, car le producteur peut déclencher et arrêter l'irrigation ou l'injection d'engrais en une fraction de seconde tout en s'attelant à d'autres travaux.

La télécommande est étanche à l'eau, très légère et simple d'utilisation : uniquement par deux boutons «on » et « off » », explique l'inventeur.

L'arrosage calé sur le stade végétatif

La sonde est plongée jusqu'à 40 cm dans la parcelle. Elle remonte l'information relative aux besoins en eau exacts de la plante. Elle évalue ainsi, de façon continue, l'humidité du sol.

« La sonde est reliée à l'unité de commande de la pompe par liaison électromagnétique. Elle transmet les ordres de démarrage de la pompe de façon automatique si le sol est à un niveau d'humidité bas. Si le niveau d'humidité maximum est atteint, elle arrête aussi automatiquement la pompe », ajoute le technicien.

Le deuxième aspect innovateur, c'est que la sonde d'humidité « à contrôle d'irrigation automatisé » a rendu possible l'arrosage autonome d'une parcelle. « La sonde présente un bouton de réglage de seuil minima et maxima d'humidité qui permet d'ajuster les doses journalières en eau selon le stade de développement végétatif et la saison de culture.

La sonde commande directement le démarrage ou l'arrêt de la pompe pour assurer une alimentation en eau adéquate suivant le stade végétatif des cultures. Elle participe donc à la prévention des manques d'eau autant qu'elle limite les excès en eau néfastes aux cultures », souligne l'inventeur.

La sonde est alimentée par les panneaux solaires. L'énergie est stockée dans une batterie de 12 volts. Le fertiliseur injecte des doses. La solution fertilisante est stockée dans un réservoir d'une capacité de 200 l/h à 2 bars.

Lat Déguène Cissé est un passionné d'électronique, de mécanique et d'informatique. Déjà en 1991, il monte des systèmes électroniques, notamment un émetteur radio, et aussi une radio pirate sur la bande Fm. Après ses études jusqu'en classe de Première, il entre à l'école d'horticulture de Cambérène (Cfph) où il décroche un Bt en 1998.

« Depuis cette date, j'ai travaillé à l'Isra et à l'Ancar ; ce qui m'a aidé à renforcer mon expérience dans les domaines de la recherche développement et conseil en production agricole », confie celui qui s'est spécialisé en maîtrise d'eau ey en agriculture, notamment le système goutte-à-goutte.

Sénégal

Les politiques multiplient les surenchères après la mort de Fallou Sène

Au Sénégal, la mort de l'étudiant Fallou Sène, tué par les forces de l'ordre il y a… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.