14 Mai 2018

Sénégal: Dakar sous une nappe de particules fines

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de publier son rapport annuel sur la pollution de l'air dans les grandes villes de la planète. 4 300 agglomérations de 108 pays sont désormais inscrites dans cette importante base de données.

L'organisation s'intéresse particulièrement aux particules fines, extrêmement dangereuses pour la santé. Parmi les mauvais élèves, figurent de nombreuses villes du continent asiatique mais aussi Dakar.

C'est un classement dont se seraient sûrement passées les autorités mais le constat est bien réel. Il suffit de se déplacer dans Dakar, presqu'île pourtant balayée par les vents, pour sentir et voir cette pollution, cette nappe de poussière qui semble figée sur la capitale.

Concrètement, le taux moyen de particules fines relevé est de 146 microgrammes par mètre cube. L'Organisation mondiale de la santé préconise un taux maximal de 20 microgrammes.

L'OMS liste aussi les causes de ces pollutions mortelles et Dakar les regroupe quasiment toutes : concentration d'industries, des voitures anciennes, des centrales à charbon, incinération des déchets, déforestation et on peut également ajouter des phénomènes naturels comme le sable et les poussières provenant du désert.

Malick est biologiste mais ne pensait pas que la concentration de particules fines était aussi importante.

« Là, cela m'étonne vraiment. Je ne pensais pas que Dakar était aussi polluée », a-t-il dit.

Contrôleur de gestion, Hospice Samb s'inquiète, lui, de l'inertie des autorités qui laissent par exemple les gens jeter et brûler les poubelles devant son lieu de travail.

« Vous voyez la statue, là, c'est Senghor car juste en face se trouve sa maison, un musée, mais cela n'empêche pas que l'on brûle. Si on voit et qu'on ne réagit pas, cela veut dire que quelque part, on cautionne », constate-t-il.

Le président Macky Sall - qui se pose en leader dans la lutte contre la pollution - avait notamment promis, l'an dernier, la tolérance zéro pour les véhicules hors d'âge très polluants, mais l'application concrète sur le terrain prend du temps.

Cette pollution aux particules fines qui touche en tout cas la capitale pourrait devenir, à terme, un frein au développement.

Sénégal

Les politiques multiplient les surenchères après la mort de Fallou Sène

Au Sénégal, la mort de l'étudiant Fallou Sène, tué par les forces de l'ordre il y a… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.