14 Mai 2018

Ile Maurice: «Le complexe sportif de Côte-d'Or ne sera peut-être pas prêt à 100% pour les JIOI»

Avinash Gopee se dit confiant. Celui qui dirige Mauritius Multisport Infrastructure Limited estime que le complexe multisportif de Côte-d'Or sera prêt pour les Jeux des îles de l'océan Indien (JIOI), prévus du 19 au 28 juillet 2019. Toutefois, il concède que ce ne sera peut-être pas prêt à 100%...

D'autres personnes, ayant travaillé sur le dossier depuis le début, soit depuis fin 2016, sont sceptiques quant à la réalisation, dans les temps, de ce site des jeux. Un fonctionnaire, qui a été proche du dossier, explique qu'un concours de circonstances pourrait mettre en cause la réalisation dans les temps de ce projet.

Pravind Jugnauth, dès son retour au pays début novembre 2016, après avoir assisté à la 10e commission mixte sino-mauricienne, avait annoncé que la Chine avait mis à disposition une somme de Rs 1,9 milliard pour la construction d'un complexe sportif. Un projet qui, finalement, coûtera Rs 3,1 milliards. Le reste est financé par le gouvernement mauricien.

Pravind Jugnauth avait répondu à la presse que ce complexe serait réalisé à St-Pierre, village de la circonscription n°8. Or, il n'y avait pas de terres appropriées disponibles dans ce village.

Cela a pris six mois pour chercher un terrain. Il fallait que ce soit dans un village dans la circonscription Quartier-Militaire-Moka. Finalement, un terrain de 53 arpents, à Côte-d'Or, a été identifié.

Ensuite, il fallait lancer les procédures d'usage. Comme la Chine finance en grande partie le projet, le gouvernement chinois a exigé que des compagnies de son pays, basées localement, aient priorité. Cela a pris encore du temps, car ces entreprises avaient déjà des chantiers en cours à Maurice et il a fallu importer de la main-d'œuvre.

Et le temps inclément en ce début d'année a compliqué la tâche des promoteurs. Même si la pose de la première pierre a eu lieu en février, c'est bien plus tard que les travaux de base ont été réalisés en raison du mauvais temps. Ce qui explique qu'à 14 mois de l'ouverture des JIOI, on en est toujours aux travaux préliminaires.

Au ministère de la Jeunesse et des sports, on soutient que la priorité sera la construction de la piscine aux normes olympiques. «Si cela se réalise, on aura remporté une première manche. Sinon, on devra avoir recours à un plan B. On parle de la piscine de Médine qui vient d'être construite», nous confie un fonctionnaire.

Pour les sites des autres disciplines, notamment volley-ball, basket-ball, judo ou haltérophilie, ce sera difficilement réalisable. Mais le ministère rappelle que Maurice dispose d'autres infrastructures sportives, comme les stades Maryse Justin, Germain Comarmond, Anjalay et George V, pour la tenue des autres disciplines sportives.

Interrogé, Avinash Gopee dit que certaines personnes jouent aux prophètes de malheur et souhaitent que le projet ne soit pas réalisé à temps.

«Au niveau de Mauritius Multisport Infrastructure Limited, nous sommes confiants. Nous mettons les bouchées doubles. Environ un millier de travailleurs sur le site vont travailler sept jours sur sept. Nous avons comme objectif pas seulement les Jeux des îles mais au-delà.»

Il est aussi question de la construction d'une caserne des pompiers et d'une Police Academy à côté de cette infrastructure sportive. Mais cela ne concerne pas Mauritius Multisport Infrastructure Limited, compagnie mise sur pied pour le complexe multisportif de Côte-d'Or. Et elles verront certainement le jour après les JIOI.

Ile Maurice

Quatre-Bornes - Un officier de l'ADSU porté manquant

La famille Sumoreeah est dans tous ses états. Un des leurs, Kamlesh Sumoreeah, un officier affecté… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.