15 Mai 2018

Burkina Faso: Nœud papillon jaune sur le drapeau - L'opposition prend le PM par le col

Scandale, abomination, sacrilège. Depuis que le Premier ministre s'est affiché avec à ses côtés un drapeau national où l'étoile jaune a été remplacée par un nœud papillon, c'est un concert d'indignations, en particulier sur les réseaux sociaux.

Lors de sa deuxième rencontre hebdomadaire avec les journalistes, l'opposition politique n'a pas mâché ses mots contre Paul Kaba Thiéba et a exigé qu'il présente ses excuses pour cette « profanation des couleurs nationales ». La gouvernance, les mouvements sociaux et la question sécuritaire étaient principalement au menu des échanges animés par Jean Hubert Bazié et Diomdoda Amadou Dicko.

Le décorateur de l'émission « Tapis d'honneur » diffusée le week-end dernier sur la radio nationale a eu l'idée de rendre plus élégant le drapeau national en remplaçant l'étoile jaune par un nœud papillon de la même couleur. Plus qu'une faute de goût, ce choix esthétique n'a pas eu l'heur de plaire de plaire aux Facebookers qui se sont indignés de voir l'emblème tournée en dérision, d'autant plus que l'invité du programme ce jour-là n'était autre que le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, qui a même posé fièrement devant le « machin » après l'enregistrement. Certains ont même exigé sa démission pour ce «péché impardonnable». C'est donc tout naturellement vu la polémique que l'affaire du «nœud pap» était à l'ordre du jour du «Mardi de l'opposition». Désireuse d'occuper continuellement la scène médiatique, le Chef de file de l'opposition politique (CFOP) vient en effet d'instaurer une conférence de presse hebdomadaire chaque mardi.

Après le début, le 8 mai, de l'exercice où le CFOP, Zéphirin Diabré, avait lui-même tenu le crachoir, c'était autour de Jean Hubert Bazié, président de la Convergence de l'Espoir, et de Diomdoda Amadou Dicko de l'Union pour un Burkina nouveau (UBN) de se présenter au siège de l'opposition avec une panoplie de sujets dont le «scandale d'Etat» suscité par un accessoire de mode. «Ça ce n'est même pas le drapeau», s'est indigné Jean Hubert Bazié pour qui le PM a offert «une séquence pitoyable de l'image qui devrait être celle d'une des plus hautes autorités dans la fidélité à nos symboles». L'invité du jour aurait dû, a-t-il poursuivi, «faire attention au cadre dans le lequel il se trouve pour cette intervention solennelle». Pour cette «profanation des couleurs nationales», le Premier ministre, selon le président de la Convergence, devrait tout simplement présenter ses excuses au peuple.

Autre point, la décision du gouvernement de renouveler le parc automobile de l'Etat à plus de 3 milliards de francs CFA qui a été dénoncée par l'opposition qui parle d'un acte inconscient alors que le phénomène des écoles sous paillote persiste et que l'armée souffre du manque d'équipement. Les ministres, d'après le principal conférencier, devraient être modestes en privilégiant des véhicules moins clinquants comme sous la révolution, surtout que les Renault Talisman et V8 sont payés avec l'argent du contribuable. «Si un ministre a ses propres moyens, s'il veut, il peut même circuler en hélico». La question du délestage s'est invitée au propre comme au figuré à cette rencontre. Alors que Jean Hubert Bazié venait à peine de juger intenable la promesse du Premier ministre de mettre fin au délestage en 2019, il y a eu ... délestage, plongeant la salle dans la pénombre, et livrant l'assistance à la forte chaleur.

La réduction de 40% des postes à pourvoir au sein de la Fonction publique a été vigoureusement critiquée parce qu'elle «prive les jeunes de chances d'emploi».

Les animateurs ont sur un autre sujet appelé à un assainissement du foncier et à la reprise des opérations de lotissements. En réaction aux propos du PM qui assurait que le mouvement syndical était piloté par le Parti communiste révolutionnaire voltaïque (PCRV), Jean Hubert Bazié a invité le chef du gouvernement à en apporter la preuve et à agir en conséquence si cela était avéré.

Face au péril djihadiste au Sahel, Amadou Dicko a, lui, appelé à la collaboration entre FDS et populations locales.

Burkina Faso

Ouagadougou - La gendarmerie donne l'assaut contre un groupe présumé terroriste

Des tirs ont été entendu ce mardi 22 mai entre 3h et 7h du matin dans le quartier de Rayongo situé… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.