16 Mai 2018

Sénégal: Le président Macky Sall à la 11ème session du Comiac - « L'éducation éloigne des ténèbres de l'obscurantisme »

D'après le président Macky Sall, l'éducation éclaire l'esprit du croyant en l'éloignant des ténèbres de l'ignorance et de l'obscurantisme. Crédit photo : Présidence de la République du Sénégal

La 11ème session du Comité permanent pour l'information et les affaires culturelles (Comiac) de l'Organisation de la coopération islamique (Oci) a été officiellement ouverte, hier, par le président de la République. Macky Sall a insisté sur l'éducation pour lutter contre l'ignorance et l'obscurantisme.

« Education et culture comme vecteurs de paix, de développement et de rapprochement des peuples ». Tel est le thème de la 11ème session du Comité permanent pour l'information et les affaires culturelles (Comiac) de l'Organisation de la coopération islamique (Oci) dont la cérémonie d'ouverture a été officiellement présidée, hier, par le Chef de l'Etat sénégalais.

Selon Macky Sall, parallèlement au thème de la session de cette année, « ensemble nous devons raviver les idéaux de solidarité, de fraternité et de coexistence pacifique qui renforcent le sentiment d'appartenance de nos peuples à une seule et même communauté au-delà de leur diversité ».

D'après le président de la République, l'éducation en tant que source du savoir fait corps avec l'Islam. Cela, en éclairant l'esprit du croyant et en l'éloignant des ténèbres de l'ignorance et de l'obscurantisme. « Dès le début de la révélation, le savoir a été érigé en obligation pour le musulman avant même d'être une nécessité sociale.

L'injonction divine d'apprendre pour savoir est faite au Prophète Mohamed (Psl) dans le tout premier verset du Coran « Iqra », a-t-il souligné, ajoutant que le Prophète lui-même exhortait ses compagnons à la quête du savoir jusqu'en Chine.

Le Président Sall s'est voulu formel : « Le savoir est la seule arme des Oulémas pour rallier les croyants sur le droit chemin ». Et c'est pourquoi « l'Islam a toujours su allier le culte de Dieu, le libre arbitre et l'exercice de la raison ».

Sur ce point, il a rappelé les nombreux savants musulmans qui ont enseigné les mathématiques, la chimie, la physique, la philosophie, les arts et les lettres, la médecine... Aussi, a fait savoir Macky Sall, les femmes jouaient un rôle « actif » dans l'éducation et la diffusion du savoir dès les premières heures de l'Islam.

Coexistence pacifique des peuples

Pour preuve, il a cité l'épouse du Prophète Mouhamed(Psl), Aïcha qui, d'après Urwa ibn al-Zubayr, connaissait parfaitement le Coran, le licite et l'illicite, la poésie, le récit des arabes et les généalogies.

« Ibn Asakir, auteur du célèbre Tarikh « Dimashq », l'histoire de Damas en 80 volumes, comptait, selon son propre récit, plusieurs enseignantes dans ses travaux de recherche. Je rappelle aussi que c'est une femme, Fatima El Fihryia qui construisit, au 9ème siècle, l'université Qarawiyyîn à Fès au Maroc... », a-t-il indiqué.

Parmi les autres éléments historiques cités par le Chef de l'Etat et qui illustrent le rayonnement culturel et scientifique du monde musulman figurent les maisons de la sagesse « le Bayt al-Hikma Abbasside » de Bagdad, l'Université Al-Azhar du Caire, Tombouctou au Mali ou encore l'Université de Pire au Sénégal.

« Dans ce legs où brille la lumière flamboyante du savoir, il ne peut y avoir de place pour l'obscurantisme, le radicalisme et la violence. L'Islam, religion du juste milieu, exalte la modération, le respect du prochain et la coexistence pacifique des peuples », a précisé le président de la République.

D'ailleurs, ajoute-t-il, c'est en connaissance de cause que le Prophète (Psl), porteur du message de l'Islam et qui connaît le mieux cette religion que quiconque, a permis à une délégation de chrétiens venus de Najran de prier dans sa propre mosquée.

Aussi, a poursuivi Macky Sall, c'est à bon escient qu'il a édifié la charte de Médine, en 622, reconnaissant aux différentes communautés religieuses de la cité le plein exercice de leurs droits et libertés individuelles et collectives.

« Cette même tradition de coexistence pacifique multiconfessionnelle a prévalu en Andalousie à l'époque des souverains musulmans et dans l'empire Ottoman.

C'est le même esprit de bon voisinage interreligieux qui a marqué la cérémonie d'inauguration de la Cathédrale du souvenir africain de Dakar 1935 quand Cheikh Moussa Camara, un des plus éminents historiens de l'Islam au Sénégal y représenta l'ensemble des guides religieux musulmans des territoires de l'Afrique occidentale française d'alors », a-t-il rappelé.

Ces exemples montrent, aux yeux du Chef de l'Etat, que l'Islam, par ses enseignements et sa pratique, a toujours été et reste une religion de paix, de tolérance et de respect du prochain.

Revitaliser l'image de l'Islam des origines

Face aux préjugés et dissimulations qui dénaturent actuellement la perception de l'Islam notamment en Occident, le président de la République a indiqué que « notre défi est de revitaliser cette image de l'Islam des origines face au radicalisme et contre toutes les dérives islamophobes ». A son avis, il urge d'investir davantage dans l'éducation, la formation et l'emploi des jeunes.

Lesquelles jeunes constituent, d'après le président, la cible privilégiée des mystificateurs et des manipulateurs de conscience. Il a appelé les pays membres à soutenir les programmes de l'Oci en matière d'éducation et d'échanges dans le domaine de l'enseignement, de la recherche et de la formation professionnelle.

« Je me réjouis de la longue tradition de coopération entre le Sénégal et les pays du Maghreb. Depuis des années, notre pays envoie des étudiants dans ces pays amis et forme en retour des étudiants maghrébins notamment en médecine.

C'est un bon exemple de ce que nous pourrons réussir ensemble dans un esprit de complémentarité solidaire », a dit Macky Sall, pour qui la quête du savoir par l'éducation et la culture de la paix comme facteurs de rapprochement des peuples est une œuvre de longue haleine. Cela, conclut-il, doit « nous motiver davantage à persévérer dans l'effort pour réaliser nos idéaux communs ».

PROMOTION DE LA TOLERANCE, DU DIALOGUE INTERCULTUREL : LES MODALITÉS DU PRIX DE L'OCI POUR LES MÉDIAS FINALISÉES

L'Organisation de la coopération islamique (Oci) vient de finaliser les critères et modalités du Prix international dédié aux médias. D'après, Dr Youssef Bin Ahmed Al Othaimeen, secrétaire général de l'Oci, ce prix est décerné aux médias et professionnels qui se sont distingués dans la promotion de la tolérance, de l'harmonie et du dialogue interculturel.

Le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (Oci), Dr Youssef Bin Ahmed al Othaimeen, a annoncé le lancement du Prix international dédié aux médias et aux professionnels des médias les plus méritants, dont les critères et modalités ont été finalisés, le lundi 14 mai à Dakar par le Comité ad hoc chargé du suivi du lancement du prix.

« C'est au cours de la 11ème session de la Conférence islamique des ministres de l'Information, tenue à Djeddah en décembre 2016, qu'une résolution a été, en effet, adoptée visant à créer un prix international pour honorer les médias et les hommes des médias qui se distinguent dans la promotion de la tolérance, de l'harmonie et du dialogue interculturel », a-t-il rappelé.

Le comité ad hoc chargé du suivi du lancement du Prix international, a expliqué M. Othaimeen, a tenu trois réunions successives afin de finaliser les conditions et les procédures d'attribution du Prix, dont la dernière s'est tenue à Dakar, le 14 mai et au cours de laquelle les critères et modalités du Prix ont été finalisés.

« Nous espérons que le lancement effectif du Prix aura lieu très prochainement avec le soutien des Etats membres et des institutions de l'Organisation », a fait savoir le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique.

Dans le domaine culturel, Dr Youssef Bin Ahmed al Othaimeen a indiqué qu'ils ont continué à suivre de près les résultats des 9ème et 10ème sessions qui ont pris des décisions importantes pour faire de la culture une passerelle permettant de mettre à niveau les outils de la coopération entre les Etats.

« L'Organisation de la coopération islamique a pris de son côté des mesures concrètes, en invitant les institutions spécialisées à lancer un plan d'actions pour l'exécution de la stratégie culturelle dans le monde musulman et son actualisation périodique afin d'en garantir la mise en œuvre dans sa nouvelle version dûment revisitée et amendée dans un souci d'une plus grande efficacité », a-t-il informé. Non sans rappeler au monde musulman, la nécessité de protéger et de promouvoir leur riche patrimoine culturel.

A Dakar, le secrétaire général de l'Oci a fait part des nouveaux programmes et projets lancés par l'organisation tels que la Semaine culturelle de l'Organisation de la coopération islamique pour l'accès aux jeunes musulmans dans le monde musulman et au sein des communautés musulmanes dans ceux non musulmans.

Le secrétaire général de l'Oci n'a pas manqué pas de saluer les efforts du président de la République Macky Sall pour faire évoluer les activités du Comité permanent, dont la plus récente et louable initiative aura été la mise en place d'un Bureau national de coordination pour le Comiac dans un siège séparé et la nomination de l'ambassadeur Cheikhou Omar Seck en qualité de directeur de ce Bureau.

M. Seck supervise les travaux du Comiac et s'occupe de deux dossiers vitaux que sont les Médias et la Culture, deux domaines qui revêtent indéniablement une importance primordiale pour les Etats membres et les peuples de la Oummah islamique.

SITUATION À GAZA (PALESTINE) : LE PRÉSIDENT MACKY SALL APPELLE À METTRE UN TERME À LA TRAGÉDIE

Le Sénégal n'a pas attendu longtemps pour réagir sur la situation à Gaza, en Palestine, où plusieurs dizaines de morts ont été enregistrées, lundi, lors de l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem. Le Président Macky Sall a condamné cette violence, tout en appelant la Oumah islamique et les Nation unies à mettre un terme à cette tragédie.

« Nous tenons nos assises dans un contexte d'émotion fortement exacerbée par la situation que vivent nos frères et sœurs palestiniens et rohingyas de la Birmanie pris dans l'étau infernal de la violence.

J'appelle instamment la Oumah islamique et les Nations unies à se mobiliser pour mettre fin à ces tragédies humaines », a dit le Chef de l'Etat.

« Je réaffirme notre ferme attachement au droit légitime de nos frères et sœurs de Palestine à un Etat indépendant et souverain avec Al Quods-Al Charif comme capitale conformément aux résolutions pertinentes des Nations unies y compris celles relatives au statut de Jérusalem », a-t-il ajouté.

Dans le même sens, le Président Sall pense également à « tous les pays frères meurtris par le fléau du terrorisme et de la guerre ». Selon lui, la « Oumah ne peut être en paix quand un seul de ses membres sombre dans la guerre ; quand des vies humaines continuent d'être abrégées et des familles entières dévastées par le deuil et la souffrance ».

Sénégal

Des migrants africains secourus au large des côtes du Brésil

Vingt-cinq migrants africains ont été secourus, le week-end dernier, par des pêcheurs au large des… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.