17 Mai 2018

Congo-Kinshasa: Enjeux de l'heure - La majorité présidentielle déjà en précampagne électorale

La dénonciation est faite par le Comité laïc de coordination (CLC) qui constate que la famille politique du chef de l'État sortant voudrait le pousser à se repositionner en violation de la Constitution.

Le CLC vient de se remettre en selle à travers un communiqué publié le 16 mai. Scrutant de fond en comble le processus politique dans le pays, les laïcs catholiques ont fait part de leurs appréhensions, quant à la manière dont les choses évoluent, sans trop rassurer pour la suite. Cette organisation proche de l'Église catholique dénonce l'activisme qu'afficheraient ces derniers temps les partisans de la majorité présidentielle (MP) qui ne se gêneraient plus de présenter leur autorité morale comme virtuel candidat à sa propre succession. Alors que la Commission électorale nationale indépendante (Céni) est censée enregistrer les premières candidatures à la présidentielle d'ici à fin juillet, la MP semblerait ne pas en faire une priorité. Un cadre proche de cette plate-forme avait indiqué, d'ailleurs, que cela fait partie de leur stratégie que d'entretenir le suspense à ce sujet. Le flou persiste encore quant au choix du dauphin.

Plus d'une fois, en effet, Joseph Kabila a reçu ses affidés à sa ferme de Kingakati et, aussi curieux que cela puisse paraître, cette question n'a jamais fait l'objet des discussions en interne. Lorsqu'on s'en tient aux discours développés par-ci par-là par les membres de cette famille politique, il y a de quoi rendre perplexes tous ceux qui ont parié sur le respect de la Constitution en matière de mandature présidentielle. La Constitution, rappelons-le, ne permet pas au président sortant de briguer un troisième mandat après les deux de 2006 et 2011. Cependant, une certaine opinion proche de la MP verrait les choses autrement et surferait déjà sur une possible candidature de Joseph Kabila. Ce qui passerait notamment par le déverrouillage de l'article 220 de la Constitution avec l'appui de la Cour constitutionnelle. Le CLC voit déjà d'un mauvais œil le déploiement des cadres du parti présidentiel à Kinshasa et à l'Équateur où, à coup de propagande, ils seraient d'ores et déjà en précampagne pour leur candidat qui n'est autre que le président de la République sortant.

Pour le CLC, il ne fait l'ombre d'aucun doute qu'il s'agit là d'une campagne électorale précoce qui se fait, au vu et au su de la Céni, en violation flagrante de la Constitution, de l'Accord de la Saint-Sylvestre et de la loi électorale. « Le CLC s'indigne de constater que de gros moyens de propagande commencent ainsi à être déployés au moment où le financement de l'ensemble du processus électoral à travers la Céni bat de l'aile et accumule des retards plus que coupables. Tout en dénonçant cette stratégie de violation systématique des lois de la République et de la politique de deux poids deux mesures, le CLC condamne le silence, en la matière, de la Commission électorale nationale indépendante et du Conseil supérieur de l'audiovisuel », peut-on lire dans le communiqué publié par le CLC.

Congo-Kinshasa

Au moins 52 cas d'Ebola et 22 morts selon un nouveau bilan officiel de l'OMS

Dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo (RDC), le nouveau bilan de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.