17 Mai 2018

Togo: 86 prisonniers passent du statut de personnes en conflit avec la loi à celui de parajuriste

"Il y a une vie après la prison", c'est par cette conviction que le Secrétaire général du ministère de la Justice, Aworou Komlan Missité, représentant le Garde des sceaux, a ouvert ce Jeudi à la Prison civile de Lomé la cérémonie de remise d'attestation de fin de formation à des prisonniers formés en procédures judiciaires et sur les notions des droits des détenus.

Hier ignorant des notions de ces deux modules et ayant fait les frais, ces derniers au nombre de 86 sont désormais mieux outillés pour jouer aux parajuristes près de leurs proches, une fois libres et si jamais ces derniers venaient à être en conflit avec la loi.

Formés grâces au projet Justice Makers par le CACIT, ces membres du Club Alerte La Sentinelle de la prison civile de Lomé sont bien conscient du changement intervenu dans leur vie au cours de ces huit mois de formation, de leur nouveau statut de parajuristes, et se disent aptes à "conseiller et apporter assitance à des personnes en matière des droits de l'Homme mais aussi de procédures judiciaires".

Grande enseignement de cette formation, d'après le porte-parole des détenus et président du club Alerte La Sentinelle, Noël Tcha Lèmou, c'est "l'importance de se faire assister par un avocat dès la garde-à-vue". Pour les autres sollicitations, ils se disent "insatiables et en demandent encore plus".

En attendant que ces réponses concrêtes soient apportées à ces sollicitations, M. Missité qui comprend bien volontiers que c'est faute de connaissance que nombres de détenus se sont retrouvés dans ce milieu carcéral, a appelé à se rendre compte de ce que, désormais, ils ont la lumière et ne doivent plus marcher dans l'obscurité. Il entend donc voir cette formation reçue et les attestations à eux délivrées porter leurs fruits.

Autres intervenants au cours de cette cérémonie ponctuée par sketch, et prestations musicales d'anciens détenus aujourd'hui cités en exemple pour leur nouvelle vie, et chorégraphie, ce sont le directeur exécutif du CACIT (Collectif des Associtions de lutte contre l'Impunité au Togo), Ghislain Koffi Dodji Nyaku, et la Coordinatrice du projet Justice Makers, Me Noëllie Iyewa Gaglo.

Ils se réjouient de l'engagement manifesté par les détenus durant ce parcours. Aussi, ont-ils justifié le bien-fondé dee ce projet par une volonté d' "aider les détenus pour une meilleure réinsertion". Une chose est dès lors évidente, d'après eux, c'est que l' "on peut aussi en prison faire des choses, suivre des formations et une fois dehors, faire mieux que les autres".

Au-delà de ce projet qui prend fin ce mois de Mai 2018, Me Gaglo promet poursuivre sa mission aux côtés des détenus pour leur apporter comme toujours, l'assistance qu'il faut et intervenir à tout momemnt que le besoin se fera sentir.

Togo

Kodjo et de Villepin récompensés

Edem Kodjo, ancien secrétaire général de l'OUA (devenue UA), ex-Premier ministre et membre du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Télégramme228. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.