19 Mai 2018

Gambie: Un homme d'affaire d'origine libanaise ciblé par le Trésor américain

Le secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin a annoncé avoir placé sur liste noire cinq entreprises de Mohammad Bazzi, soupçonné de financer le Hezbollah, mouvement chiite libanais considéré par les Etats-Unis comme organisation terroriste et fidèle allié de l'Iran. L'homme d'affaire était un associé de Yahya Jammeh du temps de sa présidence.

Mohammad Ibrahim Bazzi possède en Gambie l'Euro Africa Group, une entité qui avait, sous Jammeh, le monopole de l'importation et de la vente de pétrole. Cet accord opaque permet à l'homme d'affaire de s'enrichir depuis près de quinze ans. Cet accord lui vaut aujourd'hui d'être dans le viseur de la commission gambienne qui enquête autour des malversations financière de Yahya Jammeh.

Selon les déclarations du Trésor américain, ces affaires gambiennes auraient permis à Mohammad Bazzi de devenir l'un des principaux financiers du Hezbollah, jouant avec ses entreprises en Belgique et au Liban pour faire transiter les fonds. Les Américains le soupçonnent par ailleurs d'avoir un pied dans le trafic de drogue et le blanchiment d'argent.

Les Etats-Unis ont aussi imposé des sanctions à son associé, Abdallah Safi Al-Din, le représentant du Hezbollah en Iran. Il s'agit d'une nouvelle salve de sanctions qui font suite à la décision de Donald Trump de se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien.

Gambie

L'Université de Gambie délivre son premier doctorat grâce à un partenariat avec le Sénégal

L'Université de Gambie (UTG, sigle en anglais) a délivré samedi son premier doctorat, le fruit d'un… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.