19 Mai 2018

Congo-Brazzaville: Portrait - Désiré Kinzenguélé, de l'argentique au numérique ou l'expérience d'un grand artiste au service de la photo

Photographe congolais d'une cinquantaine d'années, il exerce ce métier voici plus de trois décennies. Que dire du parcours de cet autodidacte expérimenté ?

C'est en 1976, alors qu'il est en classe de cinquième, que Désiré Loutsono dit Kinzenguélé débute avec la photographie. Au cours de cette année scolaire, il décroche la première place à l'issue de la composition de passage en classe supérieure. Comme récompense, son frère lui offre un appareil photo de marque Compact 110. Ainsi son aventure commence-t-elle.

Grace à cette offre de son frère, sa passion pour la photo se développe davantage lorsqu'il se met aux côtés de son oncle Édouard Biantouma, un ancien laborantin du studio de photographie de l'Institut national de recherche et d'actions pédagogiques (Inrap) de Brazzaville.

De fil en aiguille, Kinzenguélé émerveille par la qualité de ses photos. Il est présent avec son appareil dans son quartier de Moukondo qui l'a vu grandir comme un poisson dans l'eau. Il l'est également dans ses établissements de Matsoua à Moungali, dans le quatrième arrondissement, où il a fait son collège, puis au lycée Drapeau rouge actuel Joseph-Chaminade à Poto-Poto, dans le troisième arrondissement, où il obtint son baccalauréat série D, en 1985. Quand bien même à cette époque, les photographes envoyaient les pellicules en France chez Tricar, par poste, attendant que le facteur leur dépose des photos à domicile, quelques jours après.

L'art finit par prendre le dessus

Après son admission au baccalauréat, Désiré Loutsono s'inscrit à la faculté des sciences économiques de l'université Marien-Ngouabi de Brazzaville. Cependant, l'amour de la photographie devient de plus en plus célèbre et acquiert la notoriété dans ce domaine. C'est ainsi que l'art qu'il admire tant prime sur les études universitaires. Il ne peut plus se concentrer sur ses études et abandonne son cursus universitaire en deuxième année pour se consacrer intensément à la photo. « Dans ma jeunesse, la photographie n'occupait pourtant pas une place de choix. Je voudrais être conducteur de trains au Chemin de fer Congo océan ou douanier, mais j'ai fini par être photographe. C'est mon destin alors car j'ai construit ma vie grâce à la photo. Je nourris saujourd'hui le rêve de perfectionner mon art, notamment dans le cinéma où je souhaite devenir directeur de la photo », déclare-t-il.

La guerre fratricide qu'a connue Brazzaville en 1997 a fait que Désiré Kinzenguélé se retranche à Pointe-Noire (capitale économique). À la fin de cette série de guerres civiles, il revient dans la capitale et se refait. En 2003, il subit une formation sur la photo à Pointe-Noire et à Brazzaville. À son retour, il fonde la même année le « Collectif Génération Elili », le plus grand groupe de jeunes photographes dans la capitale congolaise. Au fil de temps, ce collectif grandit et compte actuellement une vingtaine de membres actifs qui raflent les prix à travers le monde. Kinzenguélé, son fondateur et coordonnateur, est une belle illustration, puisqu'il remporte le deuxième prix de la photo sur la femme, le 8 mars 2014, à l'Institut français du Congo, à l'occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme, précédé de Francis Kodia, lui aussi du Collectif Génération Elili. Il présente des images sur la femme qui transmettent une certaine réalité négative dans le but simplement d'interpeller les décideurs sur la misère de certaines catégories sociales vulnérables.

Désiré Kinzenguélé sur tous les fronts

Le travail de Désiré Kinzenguélé a fait l'objet d'expositions à Brazzaville et à Pointe-Noire. Depuis 2003, il expose à l'Institut français du Congo (IFC) de Brazzaville et de Pointe Noire, à Bamako, au Sénégal, au Cameroun, au Mexique, en France, aux États-Unis d'Amérique, en ex-URSS, en Espagne, en Normandie. Il a participé à différents stages successifs de formation et de perfectionnement organisés par David Damoison, Hector Médiavilla Sabaté, Elina Moriya, Bruno Boudjelal, Philippe Guionie, Thomas Granosky, financés par l'Union européenne et l'Afaa. Il a exposé aux Rencontres de la photographie africaine en 2005 grace aux workshops organisés par David Damoison. Le photographe a suivi également un stage au laboratoire « Noir et Blanc » de l'Inrap avec Édouard Biantouma. Cette année, il sera en résidence à Malte.

Désiré expose sur les figures de la rumba congolaise

Photographe expérimenté, Désiré Kinzenguélé a exposé, le 21 juin 2014, à l'IFC de Brazzaville, à l'occasion de la célébration de la Journée internationale de la musique, sur trente figures qui ont marqué et continuent à marquer l'histoire de la rumba congolaise. Il a voulu, par ce geste, leur rendre un vibrant hommage ; entendu aussi que courant cette même année, le patrimoine musical national a permis à Brazzaville d'être auréolée « ville créative de musique par l'Unesco ». Chevalier dans l'ordre du mérite congolais en 2016, Désiré Loutsono est détenteur également du Prix d'excellence des arts et des lettres en 2014. Au regard de ce palmarès, Désiré Kinzenguélé est, à n'en point douter, le fleuron de la photo en République du Congo.

Participation aux expositions

Désiré Kinzenguélé a participé à plusieurs expositions individuelles que collectives.

S'agissant des expositions individuelles ; en 2016 : Nostalgie, les figures de la musique congolaise à l'IFC de Brazzaville ; ; en 2015 : Les Hommes des planches à l'IFC de Brazzaville ; en 2014 : Les grandes figures de la rumba à l'IFC de Brazzaville ; Regards sur les écrivains du Congo à la Biennale des Arts et des lettres du Congo ; en 2010 : Femmes de scène ; Reflet du Congo ; Jeux d'enfants ; 2008 : Les gens du fleuve ; Sape et gestuelle ; 2003 : Mémoires, les Hommes du théâtre au Congo, Centre culturel français de Brazzaville ; Nzenga, ou itinéraire de la fabrication du manioc au Congo à la Case ; Voyage des sens à Congo Square ; Regards des enfants, à la Case siège de Nouvel'Art, Brazzaville ; Coiffures des femmes, à la Case ; Visages d'acteurs, à la Case.

Quant aux expositions collectives, il a participé en 2016 : Regards sur la ville à la galerie du Bassin du Congo à Brazzaville ; 2014 : Clin d'œil à l'IFC de Brazzaville ; Clin d'œil à l'aéroport de Maya-Maya à Brazzaville ; Clin d'œil à la Biennale des Arts et des lettres du Congo ; 2013 : Regards d'Afrique à Angouléme ; 2011 : Festival Les Afrikales, Mezidon-Canon, Saint-Lo au Conseil général, Normandie ; 2009 : Elili au Centre culturel français de Brazzaville ; Mémoires, problèmes d'électricité à Brazzaville, région Perret, France parisienne, Levallois ; 2008 : L'Art en eaux troubles, School gallery, Paris 3ème, France ; 2008 : Mémoires, Espagne ; 2008 : Problèmes d'électricité à Brazzaville, Espace culturel Espagnol de la ville de Mexique ; 2008 : La photographie congolaise d'aujourd'hui : Un aperçu, Galerie Marassa Trois Paris 12ème, France : 2008 Mémoires, problèmes d'électricité à Brazzaville, en Espagne ; 2007 « Nzenga » itinéraires de la fabrication du manioc, Duta suites, Bonapriso Center of the Arts, Douala, Cameroun ; 2005 : Mémoires et Fragments, Bamako, Rencontre africaine de la photographie contemporaine, Mali ; 2004 : Elili, Dak'art , théâtre Daniel Sorano, Sénégal ; 2003 : Elili, Centre culturel français de Pointe-Noire et de Brazzaville.

Ce photographe chevronné a participé à la réalisation du catalogue exposition Una vita per l'Africa en Italie avec l'École de peinture de Poto-Poto, édition Liberia éditrice Florentina, 2006 ; à la réalisation du catalogue exposition sur le Kiébé-Kiébé et le catalogue sur Marcel Gotène, du Musée galerie du Bassin du Congo, en 2012 ; ainsi qu'à la réalisation du catalogue Brazza in Congo. Il a aussi collaboré avec des magazines et journaux tels que : Amina ; Revue Afrique Etats-Unis d'Amérique ; Le Monde ; Les Dépêches de Brazzaville ; Cultures Sud ; La griffe ; L'Observateur ; Jeune Afrique magazine ; Africultures ; Umbragebooks ; A life and ligacy ; Forbés 2 Afrique 2012 ; TerrAfrica, ; Marchés Africains.

Congo-Brazzaville

L'opposition toujours ...

Nul ne saurait regretter que l'opposition congolaise s'organise enfin dans un ensemble solide, cohérent,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.