19 Mai 2018

Tunisie: Une croissance prévue de 3% pour les années 2018 et 2019

Mais la multiplication des tensions commerciales, l'incertitude quant à la politique monétaire, les niveaux de dette plus élevés et la hausse des tensions géopolitiques sont susceptibles d'entraver le progrès anticipé, selon le rapport sur la situation et les perspectives de l'économie mondiale des Nations unies à la mi-2018, lancé aujourd'hui à New York.

Mesures de relance

Selon le rapport, il est estimé que la croissance économique mondiale atteindra 3,2 pour cent en 2018 et en 2019, ce qui représente une augmentation de 0,2 et 0,1 point de pourcentage respectivement par rapport aux estimations antérieures. La révision de ces perspectives reflète la nouvelle amélioration des prévisions de croissance pour les économies développées, en raison de l'accroissement des salaires, des conditions d'investissement très favorables et de l'impact à court terme des mesures de relance budgétaire aux États-Unis.

La croissance du commerce mondial s'est également accélérée et reflète une augmentation généralisée de la demande mondiale. Un grand nombre de pays exportateurs de produits de base bénéficieront aussi des prix accrus de l'énergie et du métal. Même si la légère augmentation des prix mondiaux pour les produits de base entraînera une tension à la hausse sur l'inflation dans de nombreux pays, le rapport note que les tensions inflationnistes resteront contenues dans la plupart des régions développées et en développement.

Lors du lancement du rapport, le sous-secrétaire général chargé du développement économique de l'ONU, Elliot Harris, a déclaré que la révision à la hausse des prévisions pour l'économie mondiale est une nouvelle positive qui permettra de faire des progrès considérables pour réaliser les objectifs de développement durable. Mais il a aussi averti qu'il est nécessaire de ne pas devenir complaisant en raison de cette nouvelle tendance à la hausse.

Menaces pour le système commercial

Il a ajouté que le rapport souligne que les risques se sont accrus et insiste sur l'urgence d'aborder un certain nombre de défis politiques, notamment les menaces pour le système commercial multilatéral, les fortes inégalités et la croissance renouvelée des émissions de carbone.

Les prévisions de croissance du PIB en 2018 ont été revues à la hausse dans 40 pour cent des pays depuis l'estimation précédente présentée dans le rapport sur la situation et les perspectives de l'économie mondiale de 2018 publié en décembre dernier. Toutefois, certains pays et régions ne sont toujours pas concernés par cette hausse mondiale, du fait, dans de nombreux cas, d'obstacles structurels au développement. Il est prévu que les résultats déclinent en Afrique centrale et en Afrique du Sud cette année, et les prévisions ont été revues légèrement à la baisse pour les économies en transition pour 2018 (du fait de tensions géopolitiques croissantes) et pour les pays les moins avancés, où les perspectives de croissance, plus faibles, sont le résultat de la situation au Yémen qui se détériore.

Comme décrit dans le rapport sur la situation et les perspectives de l'économie mondiale 2018, la reprise de la croissance économique offre aux responsables politiques un champ d'action élargi pour lever certains obstacles profonds qui empêchent un progrès rapide vers la réalisation des objectifs de développement durable.

Environnement économique plus transparent

Ce champ d'action comprend des mesures et des politiques concrètes qui peuvent accélérer le processus de diversification économique, s'attaquer aux fortes inégalités et/ou aux inégalités croissantes, appuyer l'investissement dans les infrastructures de base et renforcer les institutions et la gouvernance pour bâtir un environnement économique plus transparent et dynamique. Agir dans ces domaines pourra également contribuer à renforcer la résilience face à de futurs chocs économiques.

Le rapport déclare toutefois que le fait de ne pas appuyer de manière claire le système commercial multilatéral, en mettant en œuvre davantage d'obstacles au commerce ou des mesures de représailles, représente une menace à la solidité et à la durabilité de la croissance économique, qui peut avoir de fortes répercussions, surtout pour les économies en développement.

Le rapport a également noté que les inégalités des salaires restent très élevées dans de nombreux pays, mais que des améliorations considérables ont été remarquées dans certains pays en développement au cours des dix dernières années. Ces améliorations reflètent des facteurs conjoncturels temporaires, mais également certains changements structurels. L'Amérique latine et la région des Caraïbes, par exemple, ont fait de grands progrès dans la réduction des inégalités au cours des 15 à 20 dernières années grâce à des mesures politiques concrètes relatives aux salaires minima, à l'éducation et aux paiements de transfert du gouvernement.

Le rapport note que la croissance économique accélérée, propulsée par les combustibles fossiles, a un coût environnemental. Les émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2) liées à l'énergie ont augmenté de 1,4 pour cent en 2017 à cause d'un certain nombre de facteurs, notamment l'accélération de la croissance économique mondiale, le coût relativement bas des combustibles fossiles et de plus faibles mesures de rendement énergétique. Une réforme des subsides et de l'imposition des combustibles énergétiques pourra accélérer les progrès vers une croissance durable pour l'environnement qui respecte les objectifs de l'Accord de Paris sur les changements climatiques.

Tunisie

L'Islande, source d'inspiration

Avant-hier, les passionnés du ballon rond ont découvert un petit pays, l'Islande, peuplé de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.