21 Mai 2018

Burkina Faso: Ministère de l'Energie - La baisse significative du prix du kilowatt, le défi à relever

Le ministère de l'Energie a tenu, le jeudi 03 mai 2018 à Ouagadougou son 1er Conseil d'administration du secteur ministériel (CASEM) de l'année. Placé sous le thème : « Opérationnalisation de la loi 014 portant réglementation générale du secteur de l'énergie : états des lieux, enjeux, défis et perspectives », ce CASEM a permis d'évaluer les actions menées en 2017 et exposer celles en cours de réalisation pour cette année.

La demande en énergie est de plus en plus forte au Burkina Faso. Pour répondre à la donne, le ministère de l'Energie mène chaque année plusieurs actions. Ce jeudi 3 mai 2018 à Ouagadougou, au cours du 1er Conseil d'administration du secteur ministériel (CASEM), le premier responsable du département de l'Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo a fait le bilan des activités menées en 2017.

Selon lui, des résultats ont été engrangés. Il s'agit, entre autres, de la création d'un Secrétariat permanent de la semaine des énergies renouvelables d'Afrique (SEERA) et de l'adoption de la loi 14 portant réglementation générale du secteur de l'énergie au Burkina. « L'Etat seul ne pourra pas répondre au besoin de nos populations. Il faut donc intégrer le secteur privé dans la production.

Ainsi, avec cette loi, nous allons mettre en place des textes qui permettent à ce secteur d'avoir les mécanismes nécessaire pour pouvoir investir dans l'énergie », a expliqué le ministre. Egalement, le Fonds de développement de l'électrification(FDE) a été transformé en Agence burkinabè de l'électricité rurale(ABER).

« Cela va faciliter l'accès du monde rural à l'énergie car ce groupe qui occupe 80% de la population nationale rien que 3% a accès à l'énergie. Cette structure permettra d'accompagner ce monde rural qui en a tant besoin », a-t-il soutenu. En somme, le taux d'exécution physique des activités est d'environ 58% de réalisation.

De l'avis de M. Ouédraogo, c'est un taux acceptable mais il faut plus d'effort car l'objectif est de tendre vers un taux de réalisation de 100%. Pour y arriver, en 2018, « nous avons lancé un certain nombre de travaux que sont l'interconnexion avec la Côte d'Ivoire. A ce niveau, nous sommes passés à près de 110 mégawatts que nous importons.

Celle avec le Ghana va se réaliser dans le mois de juin et nous allons à court terme importer 50 mégawatts et à moyen terme 150 mégawatts du Ghana », a-t-il indiqué. Sur le plan national, un marché a été passé par rapport à 50 mégawatts de thermique pour Kossodo.

« Nous sommes en train de développer un certain nombre d'initiatives pour permettre aux différents ménages de pouvoir rentrer dans un mécanisme de prêt à 0 F afin d'avoir le solaire chez eux. Ces projets seront exposés dans les prochains jours», a informé Bachir Ismaël Ouédraogo.

Burkina Faso

Internet et démocratie - Les web activistes célèbrent leur grand-messe à Ouaga

A Ouagadougou, les acteurs de changement se rencontrent pour «faciliter la jonction entre les mouvements virtuels… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.