22 Mai 2018

Togo: L'AILN veut sauver les essences de plantes ligneux en voie d'extinction

Portée sur les fonts baptismaux le 24 Mars dernier à Lomé, l'AILN (Association Internationale Légion Nature) est déjà au front pour la promotion et la protection de la biodiversité floristique et faunique. Ce mardi, elle s'est tournée vers la jeunesse estudiantine togolaise à la faveur de laquelle elle anime une grande conférence.

Une des principales informations en marge de cette rencontre c'est que cette association coordonnée au Togo par Alexandre Ahocou, entend doter le Togo d'un jardin botanique pour participer aux diverses stratégies de conservations des essences de plantes ligneux.

« La préoccupation majeure de l'AILN est la création d'un jardin botanique pour le Togo, parce que dans les stratégies de conservation, le jardin botanique est un maillon extrêmement important parce qu'elle se positionne comme une réserve génétique qui permettra de recoloniser les habitats naturels dégradés par l'action humaine.

Et donc pour nous, quand au Togo, on n'a pas de jardin botanique, on va perdre la biodiversité », c'est ce qu'a confié ce jour le Coordonnateur national de l'AILN.

Aussi, a-t-il promis, « dans ce jardin, nous allons faire entrer toutes les essences de plantes ligneux menacés dangereusement d'extinction ou menacés tout simplement ». Il a dès lors été choisi pour ce jardin botanique dont il est question, un site entre la ville d'Atakpamé et Badou dans la préfecture de l'Ogou.

Justifiant par la même occasion, le bien-fondé du thème « Les enjeux des changements climatiques face à la jeunesse estudiantine : atouts, risques ou défis ? », retenu pour la première édition de cette conférence qu'il compte multiplier à l'endroit des étudiants et aussi de la jeunesse togolaise en général, M. Ahocou a fait comprendre que « c'est les jeunes d'aujourd'hui qui seront en charge de lutter contre les changements climatiques demain.

Et ce n'est pas à la veille de la prise de leurs responsabilités que par une baguette magique on va leur dire d'aller lutter contre les changements climatiques. Il faut que dès à présent on commence par les sensibiliser, leur parler des changements climatiques pour qu'ils se reformatent pro environnement pour que cette gestion dans quelques années leur soit facile ».

A sa suite, un des communicateurs, en la personne de Dr Jérémie Kokou Fontondji, a dit attendre de ces jeunes gens qui se sont mobilisés pour l'occasion, « un changement de comportement, parce que, après tout, c'est l'Homme qui est au centre des changements climatiques.

Il est le principal auteur et c'est lui qui subit également les effets néfastes ». Par sa communication, il espère pouvoir donner donc à ces derniers, des éléments essentiels pour agir au niveau des causes et des conséquences des changements climatiques et lutter efficacement contre.

On peut, sans se tromper, dire que le message a d'ailleurs commencé par porter vu que certains de ces jeunes gens ont manifesté un certains enthousiasme à dorénavant poser des actes qui vont plus dans le sens de la protection de l'environnement et partant des actes en appoint à la lutte contre les changements climatiques.

Togo

Qui est le nouveau patron du PNUD au Togo ?

Damien MAMA est arrivé au Togo le 1er juin dernier en sa qualité du nouveau Coordonnateur du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Télégramme228. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.