23 Mai 2018

Sud-Soudan: Les négociations de paix patinent à Addis-Abeba

Photo: USAID
Salva Kiir Mayardit, président de la république du Sud-Soudan

Les délégations sud-soudanaises ont encore quelques heures pour se faire un avis sur le projet d'accord présenté ce mardi 22 mai par l'IGAD. L'organisation sous-régionale de l'Afrique de l'Est a transmis deux textes, l'un sur le partage du pouvoir et l'autre sur les questions sécuritaires.

Une façon de mettre chacun face à ses responsabilités. Car depuis jeudi dernier, les négociations patinent en Ethiopie. C'est la troisième fois en moins de six mois que les représentants du gouvernement, des différentes factions d'opposition et de la société civile se retrouvent dans la capitale éthiopienne. Mais les désaccords semblent décidément trop profonds.

Aux dires d'un observateur de ces négociations, le pessimisme est le sentiment dominant. Officiellement, ce forum de haut niveau est sensé revitaliser, selon le terme officiel, l'accord de paix signé en 2015. En décembre dernier, la première étape a été franchie avec la signature d'un cessez-le-feu, mais il n'a jamais vraiment été respecté même si les institutions internationales évoquent une baisse du niveau général de la violence.

En février, la deuxième partie de ce forum avait pour objectifs la gouvernance - donc le partage du pouvoir - et les questions sécuritaires, notamment la future armée unifiée du plus jeune Etat du monde. Mais les blocages sont tellement forts que l'IGAD a repoussé le forum. Début mai, les Sud-Soudanais se sont retrouvés en tête à tête à Addis-Abeba. Puis le forum a repris jeudi dernier, sensé finir lundi soir mais prolongé de deux jours. Le temps pour l'IGAD de sortir de son chapeau ce projet d'accord qui tente de trouver un juste milieu.

Une source du principal mouvement de l'opposition, le parti de Riek Machar, confie que certains points restent compliqués à avaler. « Les oppositions et le gouvernement ont-ils réellement envie de faire la paix ? » s'interroge un observateur. Pour la première fois les 2,5 millions de réfugiés ont des représentants qui ont pris la parole ce mardi. Leur discours était émouvant. Mais de là à mettre d'accord les frères ennemis du pays, il y a un énorme pas.

En savoir plus

Le tout n'est pas de signer un accord

Sous l'égide de l'organisation régionale, l'Autorité intergouvernementale pour le… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.