24 Mai 2018

Sénégal: Préparation de la Coupe du monde de surf - L'ambassadeur de France satisfait du site devant abriter la compétition

L'ambassadeur de France a rendu visite hier, aux responsables de la Fédération sénégalaise de surf, dans le cadre de la préparation de la Coupe du monde de surf prévue en août-septembre à Dakar. Il a affiché sa satisfaction, au terme de la visite du site qui a été retenu pour accueillir la compétition.

Le Sénégal va accueillir, pour la première fois de son histoire, la Coupe du monde de surf. En prélude à cette grande compétition prévue aux mois d'août et septembre prochains à Dakar, l'ambassadeur de France s'est rendu, hier, à la cabane du surfeur, aux Almadies.

Christophe Bigot y a visité le site retenu pour abriter l'événement et rencontré les responsables de la Fédération sénégalaise de surf avec lesquels il a échangé sur l'état des préparatifs et les contraintes auxquelles fait face le surf au Sénégal.

« Le site est magnifique, il y a deux types de vague. Je crois que c'est une garantie. Il y a une bonne organisation et beaucoup de motivation. Le vice-président Oumar Sèye est à fond avec toute une équipe ; et il a en tête non seulement le volet sportif mais aussi l'accueil du public, la sécurité du public, l'aspect communication.

Il est aussi en contact avec les autorités sénégalaises, le ministère des Sports, le ministère du Tourisme pour faire en sorte que l'événement soit une belle réussite », a réagi, avec satisfaction, le diplomate français au terme des échanges.

Il pense qu'au-delà du pari sportif, le surf peut constituer un élément d'attractivité touristique pour le Sénégal. « C'est important pour mieux faire connaître le Sénégal. Le surf est un levier important pour travailler avec la jeunesse, lui donner un rôle, des missions », a poursuivi l'ambassadeur de France au Sénégal.

Il s'est, par ailleurs, réjoui de « l'effort environnemental » noté dans le cadre des préparatifs de cette Coupe du monde de surf. M. Bigot est revenu sur certaines difficultés auxquelles sont confrontés les surfeurs sénégalais notamment le manque de formation et la cherté du matériel de compétition.

L'ambassadeur compte saisir la Fédération française de surf pour voir ce qu'elle peut faire en vue de contribuer à trouver des solutions à ces difficultés, particulièrement en ce qui concerne le volet formation.

Sous un autre rapport, il a estimé que des efforts devaient être consentis pour démocratiser davantage le surf au Sénégal, au vu du faible nombre de licenciés dans notre pays (600).

Lors de cette Coupe du monde de surf, l'ambassade de France compte organiser un festival du film du surf. Parlant de l'impact de l'événement, le diplomate français a indiqué que celui-ci contribuera à faire découvrir le surf sénégalais et africain.

Le vice-président Oumar Sèye a salué l'accompagnement de l'ambassade de France dans le cadre de la préparation de cette coupe du monde.

Il a aussi rappelé que la coopération française a permis à Chérif Fall, à travers l'octroi d'une bourse, de se rendre en France pour les besoins d'un stage de perfectionnement. Celui-ci a ensuite été champion de l'Africa tour.

Oumar Sèye a rassuré sur les dispositions déjà mises en place pour favoriser une bonne organisation de la compétition. Selon lui, 75% du budget est déjà en place.

Mais, s'est-il empressé d'ajouter, sans le bouclage du budget global, les surfeurs ne pourront pas s'inscrire ; d'où la nécessité de prendre en charge les 25% restants. Il a tablé sur un nombre important de participants. « L'événement aura lieu en été ; il fera chaud et il y aura beaucoup de monde sur les plages », a-t-il souligné.

Sénégal

Coopération sénégalo-belge - Un nouveau programme de 26 milliards activé pour 4 ans

Le gouvernement du Sénégal et le royaume Belge ont signé à Dakar hier, vendredi, un nouveau… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.