25 Mai 2018

Sénégal: Acquittement des présumés terroristes - Les avocats sermonnent les juges

C'est un rappel à Dieu que les avocats de la défense ont fait hier, jeudi 24 mai, pour demander aux juges de la chambre criminelle spéciale d'acquitter les prévenus. Me Khassimou Touré et ses collègues, trouvent que seul Dieu l'Omniscient, est capable de dire si les prévenus sont responsables des faits qui leur sont reprochés ou non.

C'est un Me Khassimou Touré très en verve dans la défense de son client, Ibrahima Ndiaye, qui s'est adressé aux juges de la chambre criminelle spéciale. En qualifiant, le procès contre les supposés terroristes de l'audience de la honte, il a estimé qu'attraire des Sénégalais devant une juridiction pour des faits relatifs au terrorisme est une dictature occidentale.

«C'est l'Occident qui veut nous faire partager son malheureux destin. On est en train de vous faire jouer le rôle de l'Occident. Il faut le refuser», a-t-il lancé au juge Samba Kane. Pour lui, dans l'affaire, il y'a un défaut de preuves. Par conséquent, rien qu'une décision d'acquittement ne devrait être rendue.

«Dans cette affaire, il y'a un problème de la matérialisation des faits. Dieu est en train de veiller sur le Sénégal pour qu'il dise la vérité. Vous juges, vous devriez dire la vérité parce que vous serez jugez demain », a-t-il prévenu.

«Le procès est une honte pour le Sénégal dans la mesure où il traduit selon l'avocat, la volonté des occidentaux d'imposer leur foi au Sénégalais». «Imam Ndao et les autres sont des gens de la foi. L'Occident voudrait que ces gens là laissent leur foi et s'accommodent avec le sien», dit-il en demandant en outre aux juges de ne pas faire dans la démagogie et le tâtonnement.

Me Amadou Aly Kane a quant à lui demandé la clémence pour les prévenus d'autant plus que trouve-t-il, «ils ne peuvent pas dire avec certitude si les faits reprochés aux accusés sont établis». «Il est dit dans le Coran que Dieu est le plus juste des juges parce que qu'Il est omnipotent. Il est témoin de toute chose. Vous n'êtes pas omniscients. Vous ne savez pas ce qui se trouve dans les cœurs et les esprits. Vous savez ce que le juge d'instruction vous a produit. Je vous demande de juger ces hommes comme vous-mêmes aimeriez être jugés par Dieu. Jugez-les avec la clémence», a-t-il invité. Selon lui, Lamine Coulibaly, son client, ne peut aucunement être comptable de son séjour nigérian.

Il a été manipulé et amené au Nigéria soutient-il. Mieux, les propos qu'il aurait tenus lors de son instruction ne peuvent pas faire office de preuves. Car, son client n'a pas été assisté par un interprète alors qu'il ne maitrise pas la langue wolof. La façon dont les accusés arrêtés en Mauritanie ont été transférés au Sénégal, viole les règles des droits humains de l'avis de Me Amadou Aly Kane.

La remise de police à police doit se faire dans le cadre d'une commission rogatoire. Or, dans le cas en question, cela n'a pas été fait. Les accusés sont ainsi en détention arbitraire a soutenu l'avocat. Le procès est une manipulation occidentale qui risque de s'accentuer avec les découvertes envisagées du pétrole et du gaz, pense-t-il.

APRÈS LEUR ABSENCE D'AVANT-HIER : Les avocats présentent leurs excuses à la chambre criminelle

Issa Diop, avocat d'Oumar Yaffa, premier à prendre la parole hier, jeudi 24 mai, a présenté les excuses des avocats constitués dans le dossier. Pour lui, leur absence la dernière fois était due à un «calcul qui a été faussé». Ils sont une soixantaine d'avocats constitués et croyant qu'ils ne prendront pas la parole, certains avocats programmés avant-hier, n'ont pas assisté à l'audience de la journée.

L'avocat a, par ailleurs, exprimé les excuses du barreau aux détenus et à leurs familles. Me Amadou Aly Kane a fait sienne les excuses de son prédécesseur en disant qu'il accorde un grand intérêt au procès. Il est ami avec le père d'un des accusés, en la personne d'Alpha Diallo. Mieux, dit-il de par ses origines, il est un voisin de l'accusé Lamine Coulibaly.

«Macky Sall a placé le Sénégal dans le viseur des terroristes», selon Me Baboucar Kane

Le conseil d'Abou Diallo, Baboucar Kane a déclaré que si les accusés sont condamnés d'autres auront un esprit de vengeance. Il demande ainsi au président Samba Kane de ne pas être victime du contexte marqué par la hantise du terrorisme. Me Baboucar Cissé a estimé par ailleurs que son client a été brutalisé pendant son arrestation. Il a été pris de son lit d'hôpital pour être soumis à une interrogation à la Direction des investigations criminelles (DIC).

Selon Me Baboucar Kane, il n'y a aucun élément du dossier qui prouve que les accusés venus du Nigéria ont eu à s'immiscer dans des activités terroristes. Le soutien du président de la République, Macky Sall au peuple français après l'attaque de la rédaction de Charlie Hebdo, a placé le Sénégal dans le viseur des terroristes a indiqué, Me Baboucar Kane.

Selon lui, «Abou Diallo a pris part à la réunion des jeunes sunnites à Rosso parce que la rencontre a été tenue dans son daara». «Il n'est donc pas impliqué dans une quelconque association de malfaiteurs», renchérit l'avocat.

Me Mamadou Gueye parlant du cas de son client, Ibrahima Ndiaye a jugé que le concerné ne peut pas être condamné pour la simple raison d'avoir rencontré à trois reprises son co-accusé, Mouhamed Ndiaye. Au moment de son arrestation, Mouhamed Ndiaye avait par devers lui, 200.000 F Cfa qui seraient destinés au financement du voyage d'Ibrahima Ndiaye.

Le représentant du parquet, Aly Ciré Ndiaye s'est fondé sur ce fait pour affirmer que l'accusé Ibrahima Ndiaye serait au Nigéria s'il n'avait pas été arrêté.

Pour Me Mamadou Guèye rien ne présume que l'accusé serait parti au Nigéria comme souligné dans l'accusation. Le droit relatif à la présence de l'avocat dès les premières heures de l'interpellation a été violé pour son client, ajoute-t-il.

CAS DES JEUNES DE YOFF : La défense de Pape Kibily Coulibaly dénonce une légèreté du dossier

Pour Me Abdoul Daff, son client ne peut pas être jugé pour avoir fréquenté une mosquée. Mieux, pense-t-il, le seul crime de l'accusé est d'avoir cherché à connaitre sa religion.

L'accusation fondée sur les fouilles électroniques ne peut pas servir de preuve. «Pape Kibily Coulibaly vivait dans une maison familiale et partageait ses objets avec ses voisins», a estimé la robe noire. Pour Me Ameth Sall, aucun élément du dossier ne prouve la culpabilité de son client.

L'avocat dément, par ailleurs, l'installation d'un dispositif permettant de brouiller les appels téléphoniques de son client. L'accusation n'a pas été suffisamment établie aussi bien par le parquet, les enquêteurs et le magistrat instructeur, a jugé Me Abdoul Daff.

En plaidant pour un acquittement de son client, Me Ameth Sall a demandé au président de la chambre criminelle de ne pas s'appuyer sur les déclarations préliminaires au moment d'assoir sa décision. Me Mouhamadou Moustapha Dieng a estimé également que Pape Kibily Coulibaly n'est pas un terroriste. Il dénonce la politique occidentale sur l'islam. Me Mouhamadou Moustapha Dieng se demande si l'arrestation de Pape Kibily Coulibaly n'est pas la rançon du départ de son frère, Abdallah Coulibaly dans les bastions de l'état islamique.

Pour rappel, le procureur a requis 15 ans à son encontre. A signaler que Pape Kibily Coulibaly, Ibrahima Ndiaye, Lamine Coulibaly et Mamadou Ba dit Mama Ba sont des jeunes issus de la commune de Yoff arrêtés pour leur supposé intérêt au terrorisme.

Sénégal

Mondial 2018 - Les supporters sénégalais nettoient les tribunes après le match

Les images ont fait le tour des réseaux sociaux. Elles ont été vues 6 millions de fois. Les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.