25 Mai 2018

Congo-Brazzaville: Agroalimentaire - L'association "Alpha 8" en quête de financement

Pisciculture, élevage, agriculture, arboriculture fruitière sont les secteurs dans lesquels l'association agropastorale fait bonne œuvre au Congo, malgré les difficultés liées, entre autres, au manque d'accompagnement. La structure en appelle aux partenaires.

À environ 15km au sud de Brazzaville est situé le site abritant la ferme agropastorale de l'association Alpha8. Les pôles de base, l'agriculture et l'arboriculture fruitière sont sortis de terre grâce, en partie, à un financement obtenu des Mutuelles congolaises d'épargne et de crédit. Ensuite, l'exploitation piscicole a démarré et atteint à ce jour une vingtaine d'étangs, l'ouverture du pôle élevage bovins également. Chaque secteur d'activité est dirigé par un technicien qualifié. « Depuis sa création en 2008, Alpha 8 s'est donné pour mission de participer activement au renforcement de la sécurité alimentaire au Congo, en favorisant notamment la réduction du taux d'importation des denrées alimentaires », à en croire le président directeur général de la structure, William Massamba.

Il y a quelques années, Alpha 8 a produit plus de dix-sept tonnes de poissons, huit cents têtes de porcs... La réalité n'est plus la même à ce jour, reconnaît William Massamba. « Nous oscillons aujourd'hui autour de quinze tonnes de poissons, cinq cents têtes de porcs par trimestre, une tonne de concombres, tomates, laitues, piments, etc. », a-t-il déclaré. Pour écouler les produits sur le marché, Alpha 8 a signé des contrats avec nombre de supermarchés et restaurants de Brazzaville, en dehors des centaines d'autres vendeurs qui s'y ravitaillent. « Si aujourd'hui on produit une tonne de poissons le mois, cela veut dire qu'il y aura une tonne de moins importée. C'est valable pour tous les produits », selon William Massamba.

C'est difficile

L'association agropastorale Alpha 8 poursuit son activité mais accuse quelques difficultés qui ralentissent tant soit peu sa marge de production. La première difficulté évoquée par son président directeur général est le manque de financement, d'accompagnement. « Actuellement, notre ferme est en train de perdre son élan à cause des difficultés financières que nous connaissons », selon lui. William Massamba a, par ailleurs, évoqué les difficultés liées à l'approvisionnement en aliments de bétail.

Aussi, son partenaire consultant dans le projet, Dexter Omono, a abondé dans le même sens. « Nous avons fait le premier pas. Nous avons maintenant besoin de l'appui des partenaires et des autorités pour le développement de nos activités afin que nous contribuions au développement économique de notre pays », a-t-il fait savoir. L'association agropastorale Alpha8 recherche de financement pour produire en plus grande quatité, baisser les coûts des denrées sur le marché en facilitant l'accès à une grande partie de la population.

Congo-Brazzaville

L'opposition toujours ...

Nul ne saurait regretter que l'opposition congolaise s'organise enfin dans un ensemble solide, cohérent,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.