26 Mai 2018

Congo-Brazzaville: Travail dissimulé - La CNSS détecte 6 849 entreprises illégales

Les résultats définitifs de la campagne organisée sur l'ensemble du territoire national ont été publiés le 25 mai, par le directeur du recouvrement et du contentieux, Elvis Abira Ibara.

Le rapport synthèse a été connu lors de la rencontre entre le comité d'organisation de la campagne et les partenaires sociaux, dirigée par le directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), Evariste Ondongo.

Les résultats de cette campagne, qui a eu lieu du 2 octobre 2017 au 5 mai de l'année en cours, ont montré que 14 282 salariés ont été recensés pour 6 849 structures détectées, a expliqué le directeur du recouvrement et du contentieux. 475 entreprises et établissements, a-t-il poursuivi, ont été fermés et rouverts après le paiement des cotisations sociales.

Cette campagne a concerné notamment les établissements de commerce, microfinance, boulangeries, pharmacies, cabinets d'avocats, d'huissiers, hôtels, auberges, salons de coiffure et de couture, organes de presse, librairies, agences de voyages, auto-écoles, sociétés de gardiennage, ateliers de menuiserie et bien d'autres.

Parmi ces secteurs d'activité, a ajouté Elvis Abira Ibara, les services de la CNSS ont constaté plus d'illégalité dans le secteur de l'éducation et du commerce. Selon lui, cette opération se poursuivra dans les jours à venir malgré la publication de ces résultats.

L'objectif a été de détecter et affilier les employeurs non déclarés, recenser et immatriculer les salariés dissimulés ainsi que recouvrer les cotisations sociales.

Ces résultats ont été rendus possibles grâce à l'appui des partenaires sociaux, notamment la centrale syndicale, les syndicats des commerçants ainsi qu'à la bonne collaboration avec les services de la force publique et de la justice. « Les missions assignées à la campagne de lutte contre le travail dissimulé ont, dans l'ensemble, été remplies. La réussite de cette campagne a été facilitée par la bonne communication et l'information, la conscientisation des commerçants, la bonne tenue des équipes mobiles vis-à vis des employeurs et bien d'autres », a-t-il dit.

A leur tour, les partenaires sociaux ont exhorté la CNSS à inciter les employeurs à payer leur cotisation statutaire, à prendre leur responsabilité vis-à vis des employeurs véreux des structures à budget de transfert. Ils ont, en outre, émis le souhait de voir les textes relatifs aux commerçants et le salaire minimum interprofessionnel garanti des travailleurs (Simig) révisés.

Les résultats de chaque département se présentent de la manière suivante :

Brazzaville: 9 920 salariés recensés pour 4152 employeurs détectés;

Kouilou: 1 360 salariés pour 1553 employeurs

Niari: 891 salariés pour 244 employeurs;

Bouenza-Lékoumou: 442 salariés pour 100 employeurs;

Pool: 284 salarié 165 détectés;

Plateaux: 332salariés pour 162 employeurs;

Les deux Cuvette: 225 salariés pour 183 employeurs;

Sangha: 726 salariés pour 332 employeurs;

Likouala: 108 salariés pour 58 employeurs.

Le directeur général de la CNSS, Evariste Ondongo, a assuré ces derniers de la poursuite de la campagne de lutte contre le travail dissimulé. L'initiative, a-t-il indiqué, permettra à sa structure de prendre en charge les Congolais dans les années à venir. « La CNSS est en parfaite collaboration avec les centres de formalité des entreprises au cas où une entreprise se créerait et se ferait enregistrer à ce centre », avant d'ajouter : « pour le Smig, le travail sera fait par la CNSS en collaboration avec l'inspection du travail à la prochaine campagne », a déclaré Evariste Ondongo.

Congo-Brazzaville

L'opposition toujours ...

Nul ne saurait regretter que l'opposition congolaise s'organise enfin dans un ensemble solide, cohérent,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.