31 Mai 2018

Afrique: L'Initiative AfroChampions s'allie avec l'Union africaine pour une accélération de la mise en œuvre de la ZLECA

La Zone de Libre-Échange Continentale africaine (ZLECA ), l'ultime enjeu de l'avenir économique de l'Afrique. Le 21 mars 2018, en marge du Sommet des Chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine, a été signé en grandes pompes à Kigali, au Rwanda, l'Accord sur la ZLECA, etablissant le plus grand marché unique au monde, qui pose les fondements de la libre circulation des biens, des services et des personnes sur le continent.

Le défi d'y parvenir à ce nouveau marché africain pour les États et la communauté africaine d'hommes d'affaires, d'entrepreneurs est plus que jamais manifeste avec l'Initiative AfroChampions qui mène l'offensive.

La tenue mercredi 29 mai 2018 à Dakar de cette rencontre de sensibilisation qui a vu la participation de la Directrice du Commerce Extérieur, du Ministère du Commerce et du Secteur Informel de l'État du Sénégal, d'entrepreneurs, d'industriels et responsables du patronat sénégalais d'institutions financières sous-régionales, autour de brûlantes thématiques comme : » La ZLECA, enjeux et opportunités perspective sénégalaise sur le nouvel accord, introduite par Alpha SY, PDG de Sy Investments « , » Quelle vision pour la ZLECA ? »

Comment se préparer à la mise en œuvre de la ZLECA ? » la ZLECA et la coopération entre les économies africaines de toutes tailles, introduite par Mohamed Jagana, Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de la République de Gambie.

Un potentiel marché de 25 000 milliards de dollars américains

L'Afrique gagnerait beaucoup avec la ratification de cette Zone de Libre- Échange Continentale par les États avec à la clé un marché potentiel de plus de 25 000 milliards de dollars américains affirme le Commissaire en charge du Commerce et de l'Industrie de l'Union africaine, Albert Muchanga.

Avec une population de moins de 2 milliards d'habitants et qui s'étend sur une superficie de 30 millions de m2, le marché africain est incontournablement la nouvelle cible des investisseurs. Le Ghana et le Kenya sont les premiers pays à avoir ratifier l'accord, de même que le Niger et le Rwanda vont déposer leurs instruments dans les brefs délais, rassure le représentant de l'Union africaine.

Le Sénégal qui abrite cette réunion de sensibilisation travaille d'arrache-pied et s'est engagé à déposer les instruments avant fin 2018. Au sortir du Sommet de Kigali, 44 pays ont signé l'Accord, 47 ont signé la Déclaration de Kigali pour lancer la ZLECA, 30 pays ont signé le Protocole sur la Libre-circulation des personnes. Cette Zone offre d'énormes opportunités qui vont attirer les affaires.

C'est à cela que s'attèle AfroChampions qui mise sur l'augmentation des volumes d'échanges intra-africain et favoriser l'émergence de grands champions africains qui créeront des multinationales panafricaines. La classe moyenne africaine atteindra la barre des 850 millions de personnes en 2030, alors aujourd'hui le continent enregistre 350 millions de personnes qui vivent avec un statut de classe moyenne.

Un vaste chantier à explorer dans un avenir proche. Le secteur privé africain sera le moteur accélérateur qui tirera cette chaîne de valeur. Les échanges commerciaux entre les pays africains seront doublés d'ici à 2030. À cet effet, une foire commerciale se tiendra du 11 décembre au 27 décembre 2018 pour tirer profit de cette valorisation commerciale.

Les entrepreneurs de toutes tailles doivent avoir l'opportunité de partager avec les décideurs africains, leurs réflexions, leurs idées, leurs suggestions et préoccupations afin que la ZLECA soit un réel succès.

Le Commissaire en charge du Commerce et de l'Industrie de l'Union africaine, a informé de la création d'un Observatoire panafricain devant permettre l'identification des opportunités existantes sur les marchés africains.

À l'issue des échanges interactifs, beaucoup de questions ont été soulevées sur la faiblesse de la communication, de l'implication du secteur privé africain. Aussi, les écueils liés aux politiques monétaires et d'harmonisation fiscale des différentes communautés sous-régionales et régionales, au non accès aux marchés financiers et de capitaux, ont suscité un intérêt capital des uns et des autres.

Les 7 engagements forts de la Charte

Docteur Edem Adzogenu et Samba Bathily, les 2 Cofondateurs de l'Iniative AfroChampions, accélèrent la cadence pour une meilleure conscientisation de la charte des AfroChampions pour l'intégration économique africaine. Celle ci est constituée de 7 engagements forts.

La Charte des AfroChampions, se définit comme étant un engagement des multinationales africaines pour mieux investir en Afrique, dans des projets à fort impact économique et social.

AfroChampions conscient des défis à relever, compte passer à la vitesse supérieure. Le 1er juin 2018, l'Iniative AfroChampions tiendra à Accra (Ghana) une Conférence avec les fonds de retraite et d'assurance d'Afrique afin de les sensibiliser et de recueillir des engagements fermes de mobiliser des financements massifs pour bâtir le rêve d'une Afrique émergente et bien outillée face à la révolution numérique et à la nouvelle guerre commerciale internationale.

Sénégal

Groupe H / Pologne - Sénégal 1-2 - Le coup des Lions

L'Afrique les attendait ! Les «Lions» ont répondu présent en s'imposant (2-1) devant la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Confidentiel Afrique. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.