4 Juin 2018

Mali: Le ton monte entre pouvoir et opposition au pays

Photo: Le Pays
Manifs de l'opposition

Opposition et société civile sont descendues dans la rue pour réclamer des élections crédibles. Selon les chiffres officiels, on dénombre 16 blessés. L'opposition parle d'une "répression sauvage et brutale".

Le pouvoir reste droit dans ses bottes et dément les accusations des manifestants. Les deux camps se rejettent la responsabilité des troubles à l'ordre public.

Répressions à coup de gaz lacrymogènes

Depuis la violente répression à coup de gaz lacrymogènes samedi lors de la marche pacifique de la société civile et de l'opposition malienne, les rencontres se multiplient pour les initiateurs de ce rassemblement qui avait pour objet d'exiger des élections libres, crédibles et transparentes. Ainsi qu'un traitement impartial de l'information de la part du média d'Etat, l'ORTM (l'office de radiodiffusion, télévision du Mali). Selon l'opposition, la garde rapprochée du Premier ministre Soumeylou Maiga a tiré à balles réelles sur les manifestants aux mains nues.

Mohamed Salia Touré, responsable du mouvement Wele Wele, une organisation de la société civile malienne explique : "J"ai honte pour mon pays, j'ai honte pour eux tout simplement. Ils auraient dû prendre des dispositions pour que cette marche soit encadrée à partir du moment où c'est une marche qui est pacifique. Il n'y a jamais eu de débordements. Il y a eu toutes ces marches de Ante Abana, (plateforme contre la révision constitutionnelle au Mali) il y a tout juste une année. Donc c'est quelque chose qui est regrettable, qui est inadmissible, qui est inacceptable".

Le pouvoir dément l'usage de balles réelles

Parmi les blessés, des jeunes, des femmes, mais surtout des personnalités politiques de premier plan comme l'ancien ministre de l'économie et des finances Mamadou Igor Diarra, le candidat du parti ADP-Maliba à l'élection présidentielle de juillet prochain, l'homme d'affaires Aliou Boubacar Diallo, ou encore le leader d'opinions Etienne Fakaba Sissoko. Le gouvernement malien estime de son côté que les forces de maintien de l'ordre ont fait preuve "de professionnalisme" et qu'il n'y a pas eu de tirs à balles réelles contre les manifestants.

"Nous aussi, nous avons vu les images. Nos forces sont restées sereines. Les encadreurs ont prié les manifestants de ne pas aller à cette marche. Mais ils ont été lapidés. Comment voulez-vous que vos forces de sécurité, qui sont les remparts de la société, soient chassées d'un lieu où elles ont mis barrage ?," s'interroge Siaka B Sidibé est le directeur Régional de la Police nationale.

Pour l'opposant malien Tiebilé Dramé, Président du PARENA, le Parti pour la Renaissance Nationale, ces propos du directeur régional de la police nationale sont erronés. "Pour le dire simplement, c'est une répression brutale et sauvage d'une manifestation pacifique. Partout dans le monde, les gouvernements veillent à ce que l'ordre ne soit pas troublé. Mais au Mali, c'est le gouvernement qui provoque les troubles à l'ordre public."

Une nouvelle marche dans quatre jours

L'opposition et la société civile malienne prévoient une grande marche vendredi 08 juin 2018 à Bamako. Elles exigent par ailleurs la démission du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga.

En savoir plus

Repression de la manifestation de l'opposition

La marche organisée le 2 juin dernier à Bamako par la Coalition pour l'alternance et le changement, s'est… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.