10 Juin 2018

Afrique de l'Ouest: Industries extractives au Sahel - Pour des mines qui ne nuisent pas à l'élevage

Le Secrétaire général du ministère de Mines et des Carrières, Mabourlaye Nombré, a présidé, le vendredi 8 juin 2018, à Ouagadougou, la cérémonie de clôture de la première table ronde «Dialogue multi-acteurs sur la Responsabilité sociale des entreprises (RSE) des industries extractives envers les éleveurs du Sahel».

Prendre clairement en compte les aspects élevage et pastoralisme dans les codes miniers et pétroliers, adopter des mesures contraignant les industries extractives à ne pas laisser leurs déchets à l'air libre, s'assurer de la représentation des éleveurs dans les cadres de concertation ou les commissions d'études d'impact des projets d'industries extractives.

Ce sont, entre autres, les recommandations de la première table ronde multi-acteurs sur la Responsabilité sociale (RS) des Industries extractives (IE) envers les éleveurs du Sahel, organisée, les 7 et 8 juin 2018, à Ouagadougou par le Réseau Bilital Maroobé (RBM) des éleveurs du Niger et du Burkina Faso.

La tenue de la rencontre se justifie, selon le Chargé de communication et de plaidoyer du RBM, Boubacar Soumaré, par le fait que les éleveurs sont, notamment, peu pris en compte dans la responsabilité sociale des industries extractives, pas associés ou consultés pour l'implantation de telles entreprises et peu ou pas indemnisés en cas de dommage.

Pour le chargé de communication, il s'est agi, pendant deux jours, de réfléchir à la maîtrise des impacts néfastes de l'activité extractive sur l'élevage, notamment celui de transhumance.

Au cours de leurs travaux, a confié M. Soumaré, les participants (représentants d'organisations interafricaines et sous-régionales, des ministères nigériens et burkinabè compétents, des organisations d'industries extractives, des éleveurs et des partenaires techniques et financiers) se sont attelés à définir les mesures tendant à assurer les droits des populations riveraines des sites d'extraction.

Elargir à d'autres pays

Comme moyens d'atténuation des effets néfastes des activités extractives, ils ont proposé que les sociétés permettent aux éleveurs d'utiliser les parties non exploitées des périmètres objet de permis d'exploitation. Ils ont aussi recommandé qu'au titre de la RSE, les IE financent directement les plans de développement des communes qui les abritent.

Pour le secrétaire général du ministère des Mines et des Carrières, Mabourlaye Nombré, la mise en œuvre et le suivi des recommandations permettront de renforcer la qualité des réalisations au titre de la RSE des IE au profit des éleveurs du Sahel et le dialogue entre les acteurs des deux secteurs d'activité.

Les travaux de la rencontre de Ouagdougou ont consisté, selon Boubacar Soumaré, à des communications, une session de mise à niveau scientifique, une séance plénière de partage d'expériences et de témoignages et des ateliers thématiques de formulation de propositions concrètes.

«Les travaux en atelier ont permis de faire une analyse approfondie du cadre juridique et politique des activités extractives et d'élevage, des meilleures pratiques à valoriser et des espaces de dialogue et de partage d'informations aux niveaux local, national et régional entre OSC et IE», a expliqué le chargé de communication.

A ses dires, les participants ont décidé d'instaurer un cadre de concertation régulière entre les Etats nigériens et burkinabè, les IE et les communautés locales et que ce cadre soit élargi à d'autres pays que ceux pré-cités.

Afrique de l'Ouest

Médecins du Monde Belgique suspend ses activités dans la région de Ménaka

L'organisation Médecins du Monde Belgique a suspendu depuis une semaine ses activités jusqu'à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.