11 Juin 2018

Tunisie: S'en remettre au libre-arbitre, réfléchir et agir

Des identités souvent contradictoires

On ne sait pas à quoi ils font allusion quand ils parlent ainsi de cet hypothétique moment de bonheur. Peut-être parlent-ils de ces réunions post-chasse quand la petite troupe de leurs amis chasseurs se presse dans l'arrière-cour de Ayoub à échanger des plaisanteries et à partager le couvert. C'est là qu'ils apprennent que leur ami Hafnaoui, au loin dans la région des Vergers, les appelle à l'aide contre un sanglier, chef de clan, qui ne cesse de tout dévaster sur son passage. Ils acceptent rapidement après avoir échangé quelques propos. En tant que gens de la classe moyenne qui se respectent, ils ont très probablement mis dans la balance le fait que le mariage du petit-fils de Amm Sadeg est sur le chemin de leur destination finale.

Des notables, aurait-on dit à la fin du siècle dernier... Pour eux, la chasse n'est pas une simple passion. Des identités souvent contradictoires font de cette bande un laboratoire que l'auteur rend très plaisant d'observer quand il se penche chaque fois sur l'identité particulière de l'un ou de l'autre, tentant çà et là quelques parallèles, non pas pour essayer de rapprocher car il est clair qu'il considère comme nous tous que la diversité est un franc atout, mais juste pour donner quelques notes d'homogénéité à ce que l'œil pourrait trouver bigarré.

En un mot, pour Ridha Ben Hamouda, l'entrée de chacun d'entre eux dans le groupe a une histoire et toutes ces histoires peuvent être construites comme un château de cartes qui ne s'effondre que pour être reconstruit de nouveau.

Fuyant les affres du quotidien, ils affluent, les journées creuses, de divers horizons et convergent dès les lueurs glaciales du premier soleil matutinal (une allusion de l'auteur à la déesse romaine de l'aube) vers la chaleur enchantée de la balade annoncée, la joie des retrouvailles et l'ivresse des promesses de la journée... L'escapade, l'amour de la nature et le besoin de retrouver, par moments, une agréable solitude dans la liberté du grand espace campagnard sont autant de raisons qui ont consolidé leur union.

Seul compte le bonheur que l'on vient chercher loin des murs et des rues des villes...

Les obliger à bien regarder et agir...

L'épisode du sanglier qui terrorise tout le monde et que Hafnaoui a demandé à neutraliser prend des proportions étonnantes quand, du simple fait divers d'une menace somme toute habituelle dans ces régions, les choses tournent au vinaigre devant l'intervention d'un "groupe de barbus" comme les appelle l'auteur. Redresseurs de torts ou fauteurs de troubles, les avis sont partagés, ils sont menés par le jeune imam dont personne, céans, ne connaît au juste les compétences. On sait seulement qu'il a été renvoyé du lycée pour indiscipline et mauvais résultats. Suivent petits métiers et contrebande puis, du jour au lendemain, le voici en barbe et qamîs, plein d'une ferveur suspecte en regard d'une nature belliqueuse connue de tous. Très vite, on comprend qu'il cherche à assujettir tout le monde par tous les moyens.

Les choses tournent court, se compliquent, mettent en opposition bien plus que ce que l'on pourrait d'abord imaginer entre ceux qui sont contre et ceux qui sont pour. L'auteur prend d'ailleurs soin de bien nous imprégner de l'atmosphère si singulière des villages où chaque comportement, chaque attitude a une signification au-delà des apparences. Un monde où les influences sont complexes et où le regard des autres est le seul mode de jugement. Impossible, dans ces conditions, de faire la part des choses entre ce que l'on pourrait appeler bien et ce qui sera sa Némésis, le mal.

C'est Ayoub qui fait la part des choses dans tout cela : «Les humains ne s'expriment qu'à travers leur haine, la peur est leur moteur, ils croient que Dieu est châtiment, ils se réjouissent de l'imaginer punisseur».

Une réflexion à comprendre à la seule lumière des enseignements qu'il tire de l'épisode douloureux du sanglier qu'il appelle cochon, par dérision, juste pour montrer que l'affaire n'a pu prendre cette ampleur que parce que le climat était porteur. «Ce cochon est leur seule chance, crois-moi... le seul qui les incite à réfléchir. L'avenir est entre leurs mains... Il les oblige maintenant à bien regarder et agir...». Le courage de s'en remettre au libre-arbitre, en somme.

La marmite d'Ayoub, 315p., mouture française

Par Ridha Ben Hamouda

Editions Sud, 2018

Disponible à la librairie Al Kitab, Tunis

Tunisie

Vie commune sur écran

L'association Sentiers-Massarib organise, en partenariat avec le ciné-club de Oued Ellil, Archipels Images et… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.