11 Juin 2018

Angola: Le ministre pour plus de communication dans le secteur de l'énergie et de l'eau

Luanda — La machine de communication du secteur de l'énergie et de l'eau devrait être plus dynamique, avec la diffusion des avancées et la reconnaissance des difficultés, a déclaré lundi, à Luanda, le ministre de l'Energie et des Eaux, João Baptista Borges.

S'exprimant lors du séminaire méthodologique sur les normes de consultation publique sur les services d'électricité et d'eau, le gouvernant a souligné qu'une communication efficace et précoce évitera certainement la spéculation et la rumeur.

Selon João Baptista Borges, dire la vérité ne fait pas des institutions faibles, cela ne signifie pas qu'elles sont incompétentes, mais il est important de savoir communiquer, être en avance sur l'information, parce que le manque d'information nourrit la méfiance et la spéculation.

En ce qui concerne les progrès réalisés dans le secteur, João Baptista Borges a indiqué qu'il y avait à travers le pays de nouvelles centrales électriques et hydrauliques, des lignes de transport d'énergie et de nouvelles régions électrifiées dans le Nord, le Centre et le Sud du pays, ainsi que de nouveaux systèmes de pompage, traitement et distribution d'eau potable, faits qui doivent être divulgués sans crainte.

Il a assuré que le secteur s'oriente vers la satisfaction des besoins de consommation des principaux centres urbains.

Selon le ministre, dans le monde de la communication du XXI e siècle, où les réseaux sociaux prennent l'espace de la presse traditionnelle, il est nécessaire que le secteur de communication et d'information adapte sa stratégie de communiquer pour que l'information soit fluide à l'aide de ces nouvelles voies.

« Il est de croire qu'avec les nouveaux médias, sans frontières, difficiles à contrôler, en grande partie non institutionnalisée et qui appartiennent aux participants, sont même en train d'émerger de nouvelles formes d'expression et de communication qui ont une influence sur les relations sociales et les processus de production, reproduction, représentation, construction et reconstruction de la réalité et de la culture", a-t-il déclaré.

Le gouvernant a rappelé que l'on assistait actuellement à la destruction d'infrastructures publiques d'approvisionnement en eau et en énergie, dans certains cas par la méconnaissance de leurs auteurs et dans d'autres par la cupidité, d'où reconnaître que malgré l'action de la police pour y mettre fin, il faut que la population réagisse contre ces pratiques.

Selon le ministre, il est nécessaire d'encourager le paiement de la consommation d'énergie et d'eau, puisque la qualité du service public et même la survie des entreprises dépendent des résultats de la collecte de leurs services.

Il a ajouté qu'il serait bénéfique pour tout le monde que le nombre de pannes d'électricité ou de pénurie d'eau soit réduit parce qu'il impos des contraintes et des coûts au fournisseur de services et au consommateur. Le responsable croit qu'il faut plus d'espace dans d'autres domaines, tels que la télévision, les journaux, les panneaux d'affichage, les affiches et Internet, en plus des programmes radiophoniques auxquels le secteur participe.

Le ministre de la Communication sociale, João Melo et le secrétaire d'État Celso Malavoloneke ont assisté au séminaire méthodologique sur les normes d'audition pour la communication publique sur les services de l'eau et de l'électricité, en présence de hauts représentants du secteur.

Angola

Assistance médicale gratuite aux habitants de Mumanga

Près de 2.000 habitants des quartiers Mumanga et Saissaza, dans la municipalité de Camanongue, province de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.