12 Juin 2018

Cote d'Ivoire: Kobenan Kouassi Adjoumani - 'Si nous allons à ce bureau politique et que nous désavouons Bédié, à jamais, le Pdci est mort'

« Merci au vice-président qui donne l'occasion à la base, à la vraie base, de se concerter. Il y a des gens qui restent à Abidjan, qui ont des bases administratives et qui font croire que la base est contre tel ou tel projet. Mais la vraie base, c'est vous qui êtes là.

On a fait croire que dans le Zanzan, nous sommes divisés. Adjoumani et Siandou ne représentent plus rien. On a même voulu aller nous déstabiliser à Koun-Fao. Mais, nous avons pris deux jours pour mobiliser plus de 16000 personnes à Bondoukou. C'est ça, la vraie base.

Regardez Monsieur le Vice-président qui était Premier ministre du président Henri Konan Bédié. Mais bien avant, il avait été ministre de l'Economie et des Finances. Le président Henri Konan Bédié l'a révélé. Le président Alassane Ouattara le prend comme Premier ministre et aujourd'hui Vice-président de la République de Côte d'Ivoire.

Celui-là, on dit qu'il n'est plus Pdci. Lui qui a été directeur de campagne du président Henri Konan Bédié. Je le dis tous les jours, moi, je n'ai pas eu besoin d'être porte-parole du Pdci pour aller défendre la cause du Pdci-Rda en Italie. J'ai même failli faire la prison. Des gens qui hier, on fui le Pdci-Rda, qui ont déchiré des affiches... aujourd'hui se font appeler pompeusement grand conférencier.

Des gens qui, hier, nous ont abandonnés et qui disent n'importe quoi sur le compte des autres. Non, ça suffit ! Nous sommes des Pdci convaincus. Voici le député de Koun-Fao qui est là. Il s'est battu pour le président Bédié contre son maire qui était le directeur de campagne de KKB contre Bédié.

Et avant-hier, parce que lui, il a décidé de nous suivre, on l'enlève délégué et on va mettre l'ennemi du Pdci, hier. On ne peut pas accepter. Dieu merci, le président Bédié l'a rétabli. Mais si vous dites qu'Adjoumani n'est plus Pdci, c'est que vous n'avez plus de Pdci dans le Zanzan.

Si vous dites que le vice-président n'est pas Pdci, c'est qu'il n'y a plus de Pdci ici. Voici des gens qui aspirent à gouverner et qui sont en train de brûler leurs enfants. Mais quand Dieu a déclenché l'étoile de quelqu'un, si tu refuses de regarder, il te rend en même temps aveugle.

Donc, ce que nous irons faire le 17 (juin) est très important. La première personne à parler de Rhdp, c'est le président Henri Konan Bédié. Moi, je suis porte-parole du Rhdp, donc, je suis une mémoire. Quand à l'occasion d'une rencontre à Daoukro, le président Bédié, luimême, dit que le parti unifié est dénommé Rhdp et que moi, j'en suis porte-parole, qu'est-ce que je fais ?

Je fais la promotion de ce que mon chef a dit. Mais aujourd'hui quand je fais la promotion, on dit : "Adjoumani est en train d'aller au Rdr". Vous riez, mais ça fait mal. Que des gens donnent leur poitrine pour sauver le Pdci-Rda et qu'aujourd'hui si on crée le Rhdp et que des gens vont perdre leur poste, alors, ils disent non.

Ce sont des problèmes personnels pour des intérêts personnels. Des gens qui ne sont même pas capables de mobiliser dans leur région et qui veulent faire les maitres ailleurs.

Non, ça ne passera pas. C'est pour cela, chers militants, à l'occasion de la rencontre que nous aurons bientôt, que nous puissions nous affirmer. Il ne faudrait pas qu'une minorité vienne nous dicter sa loi. Je n'ai pas vu certains délégués ici.

Quand le président Bédié était candidat contre Fologo, on sait qui était le porte-parole de Fologo dans cette région. Et c'est ceux-là, demain, qui vont dire : "Duncan est devenu Rdr, Adjoumani est Rdr", mais si c'est ça, tout le monde ira au Rdr. Parce qu'en réalité, la majorité suit notre message.

Chers parents, c'est très important, j'ai tenu à en parler directement avec vous, parce que nous sommes du grand Est et c'est pour cela, nous sommes venus vous soutenir. Les gens ont dit : "Adjoumani, n'est plus rien, on va lui arracher le micro". Mais quand je suis arrivé dans le Zanzan, les parents disent : "même si ailleurs on ne t'aime pas, viens, nous on t'aime".

C'est ce que vous devez faire pour tous vos enfants, parce qu'on ne peut pas rejeter son enfant. On peut jeter l'eau du bain, mais pas avec le bébé. Tous ceux qui sont membres du bureau politique, le 17 juin, il s'agit d'aller décider de l'avenir du Pdci-Rda. C'est comme une équipe nationale, on prend des joueurs dans les différentes équipes. C'est ça le Rhdp.

On a la villa qui s'appelle Rhdp et dans cette villa chaque parti a sa chambre et au niveau du salon, tout le monde sort pour qu'on débatte du problème qu'on a à régler. Si vous ne voulez pas du Rhdp, vous allez vouloir quoi ? Et pour terminer, il y a des gens qui disent : "nous on est pro-Rdr" et ils font des mobilisations de soutien, ils invitent les gens du Fpi qui vont même prendre la parole.

Mais moi, je préfère être pro-Rdr que d'être pro-Fpi. Ça aussi, c'est la réalité. Donc le dimanche 17 juin, tous les membres du bureau politique, ne nous laissons pas faire. Ce jourlà, nous aurons tous à prendre la parole pour dire la vérité. C'est Bédié qui a parlé de parti unifié. Il a même dit : Pdci-Rdr. Mais il n'a pas dit : Pdci-Fpi. C'est lui encore qui a dit que le parti unifié est dénommé Rhdp.

Nous on suit ça. On suit et on nous traite de vendu. Moi, sous le régime Gbagbo, je n'ai pas été vendu, ce n'est pas maintenant qu'on va m'acheter et jamais, on ne pourra m'acheter. En tout cas, là où le président Bédié va, c'est là- bas que nous irons On n'est pas contre le président Bédié, c'est notre papa.

Mais il ne faudrait pas que les gens l'obligent à prendre des décisions qui demain, vont compromettre la Côte d'ivoire. Il s'agit de la vie de la nation. Lorsque les enfants d'Houphouët sont ensemble, le pays va bien. Et nous voulons être ensemble pour diriger à jamais le pays. Il y a des gens qui ont des agendas cachés.

Quand ils disent un militant actif, si tu sors d'un camp, ils vont dire que tu n'es pas actif. Eux, ils ont leur agenda, ils savent qui ils appellent actif. Non, nous ne pouvons accepter cela.

Bédié est notre chef, une fois qu'il a signé, on doit le suivre. Si nous allons à ce bureau politique et que nous désavouons Bédié, à jamais, le Pdci est mort. Donc, je vous demande pardon, faisons notre union et soyons ensemble .

Cote d'Ivoire

Inondations - Le nombre de morts passe désormais à 20

La cellule interministérielle de crise a rencontré les services techniques de protection sociale et les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Patriote. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.