13 Juin 2018

Burkina Faso: Opération caisses vides - Le suivi est «mitigé», selon la sous-section CHU/YO du Syntsha

Le bilan de l'opération caisses vides lancée par le Syntsha est «mitigé» selon Hamadi Konfé. Pour le syndicaliste, l'administration de la santé a mis les moyens pour minimiser les conséquences.

«C'est une forme de lutte qui consiste à favoriser les populations et à obliger le gouvernement à se pencher sur nos préoccupations. Mais l'administration a mis en place des agents de recouvrement qui se promènent pour obliger les malades à payer les frais des soins», explique M. Konfé.

Loin d'être découragé, Hamadi Konfé estime que c'est une intimidation de l'exécutif, qui n'aura de succès que lorsque des solutions seront trouvées à leurs revendications. «Nous allons utiliser toutes les formes de lutte jusqu'à ce que le gouvernement sache que nous sommes au sérieux et qu'il se penche sur nos problèmes», martèle M. Konfé.

Jean Gustave Zoungrana est attaché de santé/chirurgie et représentant résident de la polyclinique internationale de Rabat au Burkina. Pour lui, les autorités devraient se préoccuper des problèmes des agents de santé au lieu de faire des «discours de vas en guerre».

«Tout est devenu illégal dans ce pays. Les sit-in, les opérations caisses vides sont illégaux selon le gouvernement. Ils veulent donc nous pousser à la grève parce que c'est cela qui est légale selon eux.

Alors que les conséquences des grèves sont plus fâcheuses. Nous leurs demandons juste de nous écouter et discuter parce que ce n'est pas de gaieté de cœur que nous manifestons», fais savoir M. Zoungrana.

En rappel, le clap de départ de la conférence des forces vives de la nation sur la rationalisation du système de rémunération des agents publics de l'Etat a été donné ce mardi 12 juin 2018 par le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba.

Ce sont au total 5 centrales syndicales et 21 syndicats autonomes en plus des forces vives (chefs coutumiers, société civile, partis politiques, etc.) qui prennent part à cette rencontre, qui prendra fin le jeudi 14 juin en vue d'apporter des solutions aux différentes revendications syndicales.

Burkina Faso

L'activiste Naïm Touré est toujours en garde à vue

Au Burkina Faso, l'activiste et lanceur d'alerte Naïm Touré est toujours en garde à vue. Il devrait… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.