13 Juin 2018

Tunisie: Notre panier en devises

Notre panier en devises à la Banque centrale de Tunisie ne peut augmenter qu'en renforçant les exportations et en réduisant, un tant soit peu, les importations.

Or, actuellement la balance commerciale est largement déficitaire à cause des achats des produits de diverses sortes pour subvenir aux besoins des consommateurs, entreprises et particuliers. Il fut un temps où les autorités compétentes ont dressé une liste des produits considérés comme «de luxe» et dont les importations ne sont pas nécessaires. Une telle mesure visait à optimiser les achats en devises.

Cette mesure n'est que temporaire car selon l'Organisation mondiale du commerce, les pays dont l'industrie est menacée peuvent appliquer des mesures de restriction d'une façon provisoire pour les produits qui ont leurs similaires fabriqués dans le pays importateur. Une telle mesure ne constitue donc pas une solution radicale et définitive aux importations. La solution réside dans le choix des consommateurs pour les produits nationaux qui sont, d'ailleurs, vendus moins cher que ceux venus des autres pays même si la qualité n'est pas toujours de même niveau, notamment pour certains produits alimentaires. Une solidarité nationale doit être manifestée, en tout cas, pour le produit national qui doit être préféré aux autres.

C'est ainsi que l'on pourrait réduire les importations payées en devises. Evidemment, certaines importations demeurent indispensables comme les produits de base, les médicaments, les équipements médicaux et industriels, les matières premières et les produits semi-finis pour les entreprises. L'entreprise tunisienne est appelée, de son côté, à améliorer constamment la qualité de ses produits en se rapprochant davantage des produits étrangers. Certes, des pas importants ont été réalisés dans ce sens mais du chemin reste encore à faire pour atteindre le top.

L'amélioration de nos recettes en devises dépend également des investissements directs étrangers. Les investisseurs de l'autre rive de la Méditerranée ou des autres continents investissent en devises en plaçant des sommes faramineuses d'argent dans nos institutions bancaires. D'où la nécessité d'axer davantage les efforts pour attirer ces investisseurs en peaufinant le climat des affaires pour le rendre plus attrayant. C'est une question vitale pour l'économie nationale.

Tunisie

Des épreuves à la portée, sans grandes surprises...

A cette occasion, les établissements scolaires ont accueilli plus de 50 mille candidats, venus tous disputer une… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.