13 Juin 2018

Cote d'Ivoire: Inondations, prix des carburants, des denrées de consommation - Sentiment d'abandon à Abidjan

La saison des pluies arrive après la hausse des prix du carburant pour les automobilistes et celle des denrées de grande consommation. À Abidjan c'en est trop : la population se sent abandonnée par ses dirigeants.

En Côte d'Ivoire, la récente augmentation, fin avril, du prix du carburant à la pompe s'est ajoutée à la flambée des prix des denrées de grande consommation. À ceci s'ajoute la saison des pluies qui perturbe encore plus le quotidien des Ivoiriens avec les inondations. Dans ce contexte, la population ivoirienne a l'impression d'être abandonnée par ses dirigeants qui semblent se préoccuper avant tout du parti unifié, de la succession de Ouattara ou de son éventuel troisième mandat.

"Il faut dire que lorsqu'il y a des pluies diluviennes, la cité est inondée et on a du mal souvent à sortir de nos maisons parce que les canalisations ne sont pas faites dans tous les endroits, ce qui fait qu'il y a toujours des inondations", raconte un habitant de Bingerville, une banlieue d'Abidjan. Un médecin raconte lui qu'il ne peut plus sortir de certains bâtiments en cas de forte pluie. "Et moi j'ai un salon de coiffure, on n'arrive même pas à travailler. Même les voitures restent bloquées ici un peu partout", ajoute Patricia.

Mesures inefficaces

Pour la cherté de la vie le gouvernement avait pris un certain nombre de mesures dont l'utilisation des balances sur les marchés et le contrôle des agents du ministère du Commerce. Mais ces différentes mesures restent sans effets. "Sur le marché quand on vient, le budget ne suffit jamais", regrette un homme venu acheter des légumes pour sa famille. "Mais ce n'est pas de notre faute. On prend, on achète ça déjà trop cher. Vraiment on est obligé de supporter", explique un commerçant. "Tout a augmenté chez les grossistes", ajoute une consœur.

Pour éviter les inondations, des spots sont régulièrement diffusés sur les antennes de la télévision nationale, invitant les populations habitant dans les zones à risque à les quitter immédiatement. "Nous sommes là, on travaille dans l'eau, ça nous fatigue", confie Patricia. "Et là le gouvernement parle de troisième mandat. Pendant qu'il y a des problèmes, les populations souffrent et on ne parle pas de ça. On parle de troisième mandat. Il y a des microbes par ici. Il y a plein de choses que les politiques laissent en suspens pour venir parler de troisième mandat."

Cote d'Ivoire

Entretien avec Koné Brahima Yves (Dg du Conseil du Café-Cacao)

En tant que Conseil, nous voulons superviser ce qui se passe dans ce secteur, de manière à appliquer… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.