14 Juin 2018

Sénégal: Luc-Jean Saint-Vito Aka-Evy, ambassadeur du Congo à Dakar - « Mettre l'accent sur la diplomatie économique »

Déjà « excellentes » du point de vue historique et culturel, les relations entre le Sénégal et le Congo gagneraient à être renforcées sur le plan économique, explique l'ambassadeur congolais à Dakar Luc-Jean Saint-Vito Aka-Evy.

Nommé le 17 mai 2017, Luc-Jean Saint-Vito Aka-Evy, le nouvel ambassadeur du Congo à Dakar, a remis ses lettres de créances au président Macky Sall, le 22 février dernier. Dans un entretien accordé au « Soleil » (nous y reviendrons plus largement), le diplomate est revenu sur sa feuille de route qui consiste, désormais, à mettre l'accent sur le renforcement des échanges commerciaux entre les deux pays.

« Entre le Sénégal et le Congo, les relations sont tellement bonnes, mais le seul leitmotiv qui m'a été prescrit, c'est la diplomatie économique, parce que la diplomatie culturelle elle est déjà de fait », explique-t-il.

Pour le moment, la balance commerciale est « en faveur » du Sénégal. En effet, du fait des liens culturels « particuliers » entre les deux pays, il y a une communauté sénégalaise « très entreprenante » et fortement présente dans l'économie et le commerce au Congo. « Nous voulons œuvrer, non pas pour inverser, mais à ce qu'il y ait un équilibre de la balance commerciale, en fructifiant les échanges ».

Pour cela, M. Aka-Evy entend bâtir des liens entre commerçants sénégalais et congolais et renforcer les échanges en matière de services. Certes, géographiquement, les deux pays sont « très éloignés », mais grâce au transport maritime, il y a toujours eu des transactions dans les deux sens. Le défi sera de renforcer ces flux.

Pétrole, les leçons congolaises

De l'avis de cet intellectuel chevronné - il est professeur titulaire des universités et auteur de plusieurs ouvrages -, l'expérience congolaise peut servir de leçon au Sénégal pour éviter les « effets pervers » (ce que certains appellent la malédiction) du pétrole.

En effet, après les années glorieuses, grâce aux revenus tirés de l'exploitation du pétrole, le Congo subit, depuis quelques années, les conséquences « fâcheuses » de la chute du prix du baril du pétrole. « Le Sénégal n'a pas besoin de leçons à recevoir, mais s'il y a une leçon à tirer dans la façon dont le Congo a géré son pétrole, c'est qu'il faut beaucoup d'humilité, il faut aussi trouver la meilleure expertise pour bien gérer le pétrole du point de vue de son exploitation, sa commercialisation... Bref, faire en sorte que le pétrole ne devienne pas un frein pour l'économie, mais plutôt un moteur pour celle-ci », souligne Luc-Jean Saint-Vito Aka-Evy.

Surtout, il faut bien négocier les contrats, bien contrôler les revenus afin qu'ils servent au bien-être de la population. « Le pétrole c'est comme le cerveau humain. Si vous ne savez pas comment l'utiliser, avec une bonne hygiène, ça vous fait des céphalées, des migraines, voire des folies et, finalement, vous conduiTt au désastre », avertit-il. En un mot, l'enjeu est de faire du pétrole un « magnifique abri plutôt qu'un mauvais coffre-fort ».

Sénégal

CM 2022 - Des entreprises du BTP au Qatar versent plus de 6 milliards et demi aux travailleurs migrants (médias)

Ekaterinbourg (Russie), 23 juin (APS) - Les travailleurs migrants au Qatar recevront une enveloppe de 12 millions de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.