Violences meurtrières malgré la fin de la grève des enseignants en Guinée

Les syndicats ont suspendu leur grève, ce lundi 20 février, suite à la signature d'un accord après 13 jours de négociations. Pourtant de violentes manifestations ont éclaté principalement dans la banlieue de la capitale guinéenne, faisant au moins cinq morts selon le gouvernement. A Cosa, sur l'axe Bameto - Hamdalaye mais également à Gbessia, près de l'aéroport, Dabondy ou Yimbaya, des zones habituellement calmes.



Plusieurs villes de l’intérieur de la Guinée sont paralysées par la grève déclenche par le mouvement syndical guinéen.

Focus Sur