Les persécutions contre la minorité ahmadie doivent cesser en Algérie

Des très nombreux fidèles ahmadis ont été traduits en justice depuis juin 2016, voire emprisonnés, pour certains pendant plus de six mois. Des hauts responsables du gouvernement ont affirmé à l'occasion que les ahmadis représentaient une menace pour la religion sunnite majoritaire et les ont accusés de collusion avec des puissances étrangères.



Photo: HRW

Le 28 août, à 9 heures du matin, la police s’est rendue chez M. Fali (en photo) à Ain Sefra, province de Naama, et l’ont placé en détention se fondant sur une décision de justice datant de février 2016 qui le condamnait par contumace à trois ans de prison ferme. M. Fali est détenu à la prison de Mostaganem.