Utilisation croissante des lois répressives au Tchad selon Amnesty

Le Tchad « entre récession et répression », c'est le titre d'un rapport publié le jeudi 14 août par Amnesty International. L'ONG met en lumière le coût payé par les dissidents tchadiens, ces deux dernières années en particulier : interdiction de manifester, harcèlement, agression physique. Selon l'organisation, depuis 2016 - année de la réélection du président Deby - les autorités ont accentué leur répression, et ce par toute sorte de moyens.