Soudan: Le procureur de la CPI accuse le président soudanais de crimes de guerre

14 Juillet 2008

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a accusé lundi le président soudanais Omar al-Bashir de génocide et de crimes de guerre lors du conflit en cours au Darfour.

Dans un communiqué de presse rendu public le même jour, l'Argentin Luis Moreno-Ocampo affirme avoir obtenu, au terme d'une enquête de trois ans mandatée par l'ONU, « des motifs raisonnables de croire qu'Omar Hassan Ahmad AL BASHIR doit répondre pénalement de 10 chefs d'accusation pour génocide, crime contre l'humanité et crime de guerre ».

Il ajoute par ailleurs que le chef de l'Etat soudanais « a échafaudé et exécuté un plan visant à détruire » certaines populations « en raison de leur origine ethnique ».

Reste donc à la chambre d'accusation de déterminer si un mandat d'arrêt international peut être délivré, surtout que le Soudan n'a pas ratifié le Statut de Rome, qui établit la CPI.

Durant le weekend des manifestants ont marché dans les rues de la capitale soudanaise, Khartoum, pour marquer leur solidarité envers le président Bashir.

De l'avis de plusieurs observateurs, un éventuel mandat d'arrêt pourrait embraser davantage la situation au Darfour, où l'insécurité persiste à ce jour, notamment pour les réfugiés et les personnes déplacées.

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.