Libye: Visite historique de Condoleeza Rice à Tripoli

5 Septembre 2008

La Secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice est arrivée vendredi à Tripoli, où elle devrait rencontrer le Guide libyen Mouammar Al-Kadhafi.

Cette visite, la première d'un Secrétaire d'État américain en Libye depuis plus d'un demi-siècle, entre dans le cadre du processus de normalisation en cours entre Washington et Tripoli.

Le 14 août dernier, la Libye et les Etats-Unis avaient signé un accord dans le cadre de l'attentat de Lockerbie, par lequel la Libye s'est engagée à dédommager les familles des victimes américaines en échange d'une immunité pour les autorités libyennes contre toute future poursuite judiciaire.

Pour le Département d'Etat américain, ce voyage marque « un nouveau chapitre » dans les relations bilatérales entre Washington et Tripoli, qui avaient été tendues au cours de ces 30 dernières années.

Le réchauffement des relations entre les deux pays a débuté en 2003, quand la Libye déclare avoir renoncé à toute intention d'acquérir des armes de destruction massive. En 2006, la Libye est retirée de la liste des Etats « sponsors du terrorisme » entretenue par Washington, et l'an dernier le président américain George W. Bush a désigné un ambassadeur pour la Libye, en la personne de Gene Cretz.

Mais cette normalisation entre Washington et Tripoli n'est pas saluée par tous.

Dans une lettre adressée à Condoleezza Rice, Human Rights Watch a demandé à la Secrétaire d'Etat américaine de faire pression sur Kadhafi afin de libérer les prisonniers politiques libyens et mettre fin à la torture en Libye. Les intérêts économiques et la lutte contre le terrorisme ne devraient pas primer « au détriment des droits de l'Homme », estime l'ONG.

A La Une: Libye

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.