Des experts se penchent sur le système d'information agricole de la CEDEAO

1 Septembre 2012
communiqué de presse

Abuja-Nigeria — Le rapport d'étape 1 pour la mise en oeuvre du Système d'information sur le secteur agricole de la CEDEAO (ECOAGRIS) fera l'objet d'un examen approfondi au cours de l'atelier technique prévu le mardi 4 septembre 2012 dans les locaux du Parlement de la Communauté à Abuja.

Outre les points focaux ECOAGRIS et PNIA (Programme d'investissement agricole), cette rencontre regroupera la Direction de l'agriculture et du développement rural ainsi que la Direction de la recherche et de la statistique de la Commission de la CEDEAO, de même que des représentants du CORAF, de l'AGRHYMET et du ReSaaKS.

Elle verra aussi la participation de délégués de la firme Soterco/Prose, chargée du développement du système, mais aussi les représentants des ministères de l'Agriculture des sept Etats bénéficiaires du programme, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Ghana, le Mali, le Niger et le Sénégal. En réponse à la crise alimentaire de décembre 2008, l'Union européenne (UE) avait initié la Facilité alimentaire (EUFF) pour une période de trois ans allant de 2009 à 2011.

Par la suite, un Programme de facilité alimentaire UE- FIDA-CEDEAO a été mis en oeuvre dans les sept pays avec pour objectif général de renforcer l'intégration régionale par un appui visant à améliorer l'accès à la nourriture et la sécurité alimentaire dans la région. Pour la mise en oeuvre des activités de la composante C du programme, la CEDEAO a choisi comme agence d'exécution le Bureau des Nations unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS). A son tour, celui-ci a retenu le bureau d'étude Soterco/Prose pour développer le système ECOAGRIS. Comme prévu par l'offre du consultant, plusieurs étapes devront être validées au fur et à mesure de l'avancement des travaux.

Ainsi l'atelier d'Abuja, qui a pour objectif premier de valider le rapport d'étape 1, s'attachera également à formuler des recommandations pour l'amélioration et la poursuite des activités.

Outre l'appréciation et la validation du travail du consultant; il est aussi attendu de l'atelier qu'il produise une synthèse d'observations à prendre en compte par le consultant et donne un avis pour la continuation des activités de mise en oeuvre du système ECOAGRIS. Cette rencontre sera suivie, les 5 et 6 septembre, par un second atelier organisé conjointement par la Commission de la CEDEAO et le Fonds international de développement agricole (FIDA) avec l'appui de l'UNOPS.

L'objectif général de cette réunion est de communiquer à l'ensemble des acteurs du programme (Etats membres, partenaires techniques et financiers, équipes projets, institutions de mise en oeuvre), les succès, les échecs, les connaissances et les bonnes pratiques issues de la mise en oeuvre des activités du Programme régional de facilité alimentaire.

De façon spécifique, l'atelier vise notamment à partager les expériences positives en termes de stratégies, de méthodes et d'outils utilisés lors de la mise en oeuvre du Programme, à mettre en valeur les bonnes pratiques identifiées par les acteurs, mais aussi à partager les éléments de communication et de capitalisation déjà réalisés.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.