Conference Interministerielle CEDEAO/CEEAC sur la Securite Maritime dans le Golfe de Guinee

13 Mars 2013
communiqué de presse

Cotonou - Benin — La conférence interministérielle CEDEAO/CEEAC sur la sécurité maritime dans le Golfe de Guinée se tiendra le 19 mars prochain à Cotonou, au Bénin, en présence des ministres en charge de la Sécurité, des Affaires étrangères et de la Défense des 25 Etats membres de ces deux communautés économiques régionales (CER).

Cette rencontre, qui sera précédée et préparée, la veille, par une réunion technique d'experts, verra la participation des représentants spéciaux des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre (UNOWA et UNOCA); de la Commission du Golfe de Guinée (CGG), de l'Organisation maritime internationale (OMI), de l'Organisation maritime de l'Afrique de l'Ouest et du Centre (OMAOC) et de l'Union africaine (UA). Le Centre d'étude stratégique pour l'Afrique (CESA) ainsi que l'Institut d'étude de sécurité (IES) seront aussi représentés à cette conférence interministérielle qui examinera pour approbation, avant le sommet des chefs d'Etat, d'importants documents, dont la Déclaration politique CEEAC/CEDEAO sur les activités maritimes illicites dans le Golfe de Guinée.

En effet la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) et son pendant de l'Afrique de l'Ouest, la CEDEAO, ont entamé depuis 2011 une collaboration visant à développer une stratégie maritime commune contre les menaces et les défis naissants et interconnectés de sûreté et de sécurité en mer. Cette collaboration découle de l'adoption, par le Conseil de sécurité des Nations unies, des résolutions 2018 et 2039 demandant aux Etats de l'Afrique de l'Ouest et du Centre de prendre des mesures urgentes contre la piraterie et les attaques armées en mer aussi bien au niveau national que régional.

La série de réunions entre responsables de la CEDEAO, de la CEEAC, de l'UNOWA de l'UNOCA et de la CGG a conduit à l'élaboration d'une feuille de route qui a conclu à la nécessité d'organiser un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des deux grandes CER, prévu en avril 2013 à Yaoundé, au Cameroun.

Il en a également découlé l'élaboration de textes mutuellement exécutoires qui doivent être soumis au niveau multilatéral pour validation. C'est en conformité avec la feuille de route et à la nécessité d'accorder au processus l'attention politique requise que la CEEAC et la CEDEAO, avec l'appui de la CGG et les Nations unies, organisent cette conférence de Cotonou en vue d'approuver les documents produits avant leur soumission au chef d'Etat pour adoption définitive. Outre la Déclaration politique CEEAC/CEDEAO, les ministres examineront le Mémorandum d'entente entre la CEEAC, la CEDEAO et la CGG sur la sécurité maritime en Afrique de l'Ouest et du Centre ainsi que le Code de conduite entre les trois entités sous-régionales.

La Commission du Golfe de Guinée comprend l'Angola, le Cameroun, le Congo, la RD Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Nigéria, Sao Tomé-et-Principe, tandis que la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale regroupe dix membres : Angola, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo, RD Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Sao Tomé-et-Principe, Tchad. Les Etats membres de la CEDEAO sont le Bénin, le Burkina Faso, le Cap-Vert, la Côte d'Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Libéria, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.