Les perspectives de croissance sont prometteuses et les pays en développement stimulent la croissance mondiale, selon un rapport des Nations Unies

23 Janvier 2014
communiqué de presse

Addis-Abeba — La reprise de la croissance mondiale retrouve des perspectives favorables pour 2014 et 2015, avec les pays en développement soutenant les ralentissements de croissance précédents et les pays émergents stimulant la croissance mondiale. Tel est le message clé lors du lancement de la version complète du rapport 2014 de la situation et perspectives de l'économie mondiale (WESP), à Addis-Abéba. Alors que l'économie mondiale n'a progressé que de 2,1 pour cent en 2013, elle devrait croître à un rythme de 3,0 pour cent en 2014 et 3,3 pour cent en 2015. La reprise de la croissance aura lieu grâce aux bonnes performances continues dans les pays en développement, ainsi qu'une croissance en augmentation aux États-Unis, l'émergence d'une récession prolongée de la zone euro et les résultats positifs de politiques expansionnistes au Japon.

D'autres tendances macroéconomiques préconisées dans le rapport incluent des niveaux modérés continus d'inflation, une croissance faible dans le commerce international, une modération des prix des produits de base qui sont encore à des niveaux historiquement élevés, la hausse des coûts de financement et d'emprunt, et une contraction modérée des flux d'Aide publique au développement (APD) aux pays en développement (jusqu'à 0,29 pour cent du produit national brut des pays donateurs ).

La Croissance économique en Afrique a atteint 4 pour cent en 2013, et devrait passer à 4,7 pour cent de croissance en 2014 et finalement 5 pour cent en 2015. La croissance a été la plus forte en Afrique de l'Est et de l'Ouest, grâce à de nouveaux investissements et des découvertes en gisements de pétrole et de minéraux. A l'inverse, l'instabilité politique a continué à limiter le potentiel de croissance de l'Afrique centrale et du Nord. Les pays exportateurs de pétrole et de minéraux sont supposés connaître des trajectoires de croissance positives, mais les pays non exportateurs de pétrole et non dotés de minéraux ont vu croître leurs taux de croissance.

Le rapport note que la pression inflationniste à travers l'Afrique est modérée, mais que les pays sont confrontés aux pressions financières, avec un déficit budgétaire global pour le continent qui passe de 1,35 pour cent du PIB en 2012 à 1.8 pour cent en 2013; soulignant de ce fait l'importance de rechercher d'autres sources de financement du développement. L'Afrique a également connu des difficultés à traduire la croissance en création d'emplois significative, avec un chômage élevé des jeunes et une large disparité entre les sexes, en particulier, accompagnée par une recrudescence des inégalités. Les soldes extérieurs de l'Afrique ont été positifs, alimentés par les exportations de produits de base, mais qui sont en baisse, alors que le commerce baisse dans la part du Produit intérieur brut (PIB) dans presque toutes les sous-régions.

Le lancement a fourni une plate-forme pour la Commission économique pour l'Afrique de mettre en évidence la nécessité d'une transformation structurelle en Afrique, à travers l'exemple spécifique d'une interface améliorée entre l'exploitation minière et la fabrication. Le continent a été beaucoup trop dépendant des matières premières - récemment, les ressources naturelles ont représenté jusqu'à un quart de la croissance de l'Afrique, et les exportations de carburants et de produits miniers sont plus de trois fois plus importantes que la fabrication ou les exportations agricoles, en valeur totale.

L'exploitation minière a joué un rôle important et bien documentée dans de nombreux pays, mais la plupart des pays ont été en mesure de créer des liens en amont et en aval entre la fabrication et le reste de l'économie. La coordination des politiques, en particulier à travers des politiques de contenu local, est essentielle à la promotion de ces liens. Comme en témoignent le Botswana, l'Afrique du Sud et d'autres, les entrées de valorisation et d'exploitation minière de fabrication peuvent créer des revenus importants et des effets de création d'emplois dans de façon générale.

Dans l'ensemble, le rapport souligne certains risques de détérioration et d'incertitudes auxquels l'Afrique fait face, à savoir, troubles politiques, inégalités croissantes, lacunes institutionnelles, reprise économique mondiale plus lente que prévu, et manque de transformation. Cependant, il existe de nombreux moyens par lesquels l'Afrique peut jeter les bases d'une croissance plus soutenue et inclusive, y compris son rapprochement avec les marchés émergents, un environnement des affaires en constante amélioration, des politiques de transformation économique et une plus grande intégration régionale.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.