The African Institute for Mathematical Sciences (AIMS) condamne les récentes violences xénophobes en Afrique du Sud.

22 Avril 2015
Content from our Premium Partner
African Media Agency (Dubai)
communiqué de presse

The African Institute for Mathematical Sciences (AIMS) s'est joint aux sociétés sud-africaines, aux organisations non-gouvernementales et à diverses parties prenantes des secteurs publics et privés du monde entier pour dénoncer les récentes attaques xénophobes contre les étrangers résidant en Afrique du Sud.

Le premier réseau panafricain de centres d'excellence, qui a créé son premier centre en 2003 au Cap, propose aux brillants étudiants de tout le continent des opportunités de formation et de recherche innovantes dans le domaine des sciences mathématiques.

« Au nom de l'AIMS, je suis profondément choqué et attristé par la récente violence xénophobe à l'égard des étrangers en Afrique du Sud, » a déclaré le professeur Neil Turok, Fondateur de l'AIMS né en Afrique du Sud. « Il est clair qu'il existe des catalyseurs socio-économiques plus profonds qui ont amené l'Afrique du Sud à ce niveau. Un facteur motivant pour la fondation de l'AIMS était la résolution de ces problèmes en créant un environnement dans lequel les étudiants les plus brillants d'Afrique pouvaient devenir les innovateurs stimulant l'indépendance scientifique, éducative et économique du continent. Si nous nous concentrons sur les solutions, nous pouvons transporter non seulement l'Afrique du Sud mais également le continent vers une prospérité durable et éviter les conflits menant à des préjudices irrémédiables tels que les pertes humaines. »

L'AIMS a apporté son soutien au Département sud-africain des sciences et de la technologie, au sein duquel le Ministre Naledi Pandor a déclaré : « Sans l'expérience ni l'expertise de ces estimés collègues (originaires d'autres pays africains), qui ont aussi joué le rôle inestimable de mentors et de guides auprès des jeunes sud-africains, la science et la technologie ne seraient vraiment rien dans notre pays. Il ne faut pas non plus oublier que, durant leur exil d'Afrique du Sud, résultant du refus de l'accès à l'éducation par le régime de l'apartheid, de nombreux scientifiques sud-africains ont bénéficié de formation et d'enseignement dans d'autres états africains. »

La violence xénophobe en Afrique du Sud a explosé il y a deux semaines dans certains quartiers de Durban avant de se répandre dans les autres quartiers du pays, notamment dans le centre des affaires de Johannesburg. On rapporte que six personnes ont été tuées. Les causes de la violence ont été attribuées à divers facteurs historiques, sociaux et économiques - avec des facteurs clés tels que la pauvreté, le chômage et un faible accès à l'éducation, qui poussent les immigrés et les sud-africains les plus pauvres à se battre pour décrocher un emploi très mal rémunéré parmi ceux, peu nombreux, qui sont disponibles.

Depuis sa création, l'objectif de l'AIMS est de permettre à la jeunesse africaine de façonner l'avenir du continent grâce à une formation dans les Sciences, la Technologie, l'Ingénierie et les Maths (STIM). L'organisation, qui possède des centres en Afrique du Sud, au Ghana, au Sénégal, au Cameroun et en Tanzanie, propose des cours de maîtrise dans les sciences mathématiques et se concentre sur la formation scientifique, la recherche de pointe et l'engagement du public. « Nous croyons que nombre des facteurs de stress socio-économiques qui mènent aux conflits en Afrique sont le résultat d'un investissement insuffisant dans l'éducation et la formation des compétences, » a déclaré Thierry Zomahoun, Président et PDG de l'AIMS. « À l'AIMS, nous mettons l'accent sur le panafricanisme, grâce auquel les étudiants de toute l'Afrique travaillent ensemble 24h/24 dans un environnement professionnel axé sur les solutions appliquées au développement et aux défis mondiaux. Dans cet environnement, nos étudiants intègrent également la tolérance, qui limite toute méprise stéréotypée que les étudiants pourraient avoir les uns envers les autres et qui entretient l'amitié ainsi que la collaboration - éléments clés pour la croissance personnelle, nationale et continentale. »

L'AIMS a formé 748 scientifiques mathématiciens, dont 240 femmes, originaires de 42 pays africains.

Diffusé par African Media Agency (AMA) pour African Institute for Mathematical Sciences (AIMS).

À propos de l'AIMS

Fondé en 2003, The African Institute for Mathematical Sciences (AIMS) est un réseau panafricain de centres d'excellence innovants pour l'enseignement de troisième cycle universitaire, la recherche et l'action éducative. Le premier centre AIMS a ouvert ses portes en 2003, en Afrique du Sud. L'organisation, qui gère actuellement des centres supplémentaires au Ghana, au Sénégal, au Cameroun et en Tanzanie, contribue de manière considérable au développement des capacités scientifiques et techniques en Afrique. L'AIMS a pour objectif de piloter la transformation de l'Afrique grâce à une formation scientifique innovante, des progrès techniques et des découvertes majeures, pour le bénéfice de la société tout entière. L'organisation s'efforce de former des penseurs indépendants, des personnes capables d'apporter des solutions et des innovateurs, pour permettre l'autonomie scientifique, pédagogique et économique.

Demandes de renseignements

Mimi Kalinda

E-mail : mkalinda@nexteinstein.org

Tél : +27726881250

Source: African Institute for Mathematical Sciences (AIMS)

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.