2015, année décisive pour les programmes de développement durable de l'Afrique

17 Juin 2015
communiqué de presse

Addis-Abeba — À l'ouverture du Forum régional africain sur le développement durable à Addis-Abeba, M. Abdalla Hamdok, Secrétaire exécutif adjoint de la CEA déclare que le Forum est une occasion capitale que l'Afrique doit saisir en vue de participer plus activement au programme institutionnel mondial pour le développement durable.

M. Hamdok rappelle aux délégués l'opportunité qu'offre le Forum; les recommandations qui en ressortiront, orienteront la mise en œuvre du Programme de développement post-2015 et des ODD; et précède ainsi trois événements majeurs en 2015. La troisième Conférence internationale sur le financement du développement à Addis-Abeba, en juillet, l'adoption des ODD à New York, en septembre et la Conférence sur le changement climatique à Paris, en décembre.

La planification, les délibérations et l'examen sont les étapes nécessaires du processus complexe pour définir les priorités de développement et «trouver des moyens adéquats pour la mise en œuvre». M. Hamdok reconnaît que les défis de développement sont plus profonds en Afrique, mais indique que pour réaliser la durabilité dans le développement national, il faut une approche stratégique et intégrée à long terme qui soit suffisamment sophistiquée pour répondre aux défis complexes du développement durable.

M. Hamdok félicite les États africains pour leur participation active lors des consultations et la rédaction de positions communes sur le développement. Il souligne toutefois que le travail n'est pas encore terminé. L'Afrique devrait continuer à s'engager activement dans l'élaboration d'un cadre d'indicateurs pour les ODD.

Il avance également qu'étant donné que les aspirations et processus de développement dépendent du contexte, les négociateurs africains doivent veiller à ce que les contextes régionaux et nationaux soient observés, ainsi que les conditions initiales de chaque pays, pour transmettre efficacement les vues et positions de la région sur les consultations et négociations internationales en cours, à tous les niveaux.

Les États africains devront renforcer les compétences en gestion de l'information et efficacité du suivi afin d'être en mesure d'élaborer et planifier le développement durable de plusieurs pays africains. M. Hamdok demande que les capacités statistiques nationales soient renforcées pour collecter, analyser les données et informer pour des examens en temps opportun.

Le Forum se tient pour la première fois depuis sa création par les réunions annuelles conjointes de la huitième conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique en mars 2015.

La CEA organise conjointement cette neuvième session avec la Commission de l'Union africaine (CUA) et la Banque africaine de développement (BAD) en collaboration avec le Département des affaires économiques et sociales (DAES), le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.